© AFPAFP
Alors que le second tour de la primaire de la gauche n'est plus que dans quelques jours, découvrez ce qui différencie les deux candidats dans leur parcours, leur programme, etc.
Sommaire

Leur jeunesse

Benoît Hamon est né le 26 juin 1967 à Saint-Renan, dans le Finistère, au sein d'une famille issue de la classe moyenne (sa mère est secrétaire et son père est ingénieur). Il a été scolarisé entre le CE2 et la 5e dans un établissement catholique à Dakar (Sénégal). Après le divorce de ses parents, il reviendra en Bretagne. Il entre dans le monde politique à 19 ans et devient, en 1993, l’un des fondateurs du Mouvement des jeunes socialistes. La même année, il cofonde la Nouvelle Gauche en 1993, puis le Nouveau Parti socialiste (NPS) avec Arnaud Montebourg et Vincent Peillon. Poursuivant ses études supérieures, Benoît Hamon obtiendra une licence d'Histoire... comme un certain Manuel Valls.

Mais contrairement à Benoît Hamon, l'ancien Premier ministre, né le 13 août 1962 à Barcelone, a vécu dans une famille bourgeoise. Il est le  fils de Xavier Valls, peintre catalan (1923-2006) et de Luisangela Galfetti, originaire de Suisse et sœur de l’architecte Aurelio Galfetti. Un cousin de son père, Manuel Valls i Gorina, a par ailleurs composé l’hymne du FC Barcelone. A 17 ans, le jeune Manuel Valls décide de s'engager au PS et adhère au Mouvement des jeunes socialistes pour soutenir Michel Rocard. Et à 24 ans, il obtient lui aussi une licence d'Histoire à l'université Panthéon-Sorbonne.

La naturalisation de Manuel Valls

Contrairement à Benoît Hamon, Manuel Valls n'a pas toujours été français. En effet, né à Barcelone, l'ancien Premier ministre a attendu ses 20 ans pour être naturalisé français au terme de 18 mois de procédure. C'est à ce moment qu'il a décidé de changer de nom, enlevant simplement le nom Galfetti de son patronyme. Pour information, Manuel Valls n'a pas pu voter lors de l'élection présidentielle de 1981 car il n'était pas encore français à l'époque : il le deviendra seulement l'année suivante.

Leur rapport à la gauche

Les débats télévisés le montrent de plus en plus : Manuel Valls et Benoît Hamon n'ont pas la même vision de ce que doit être le Parti socialiste, et la gauche de manière générale. Pour schématiser, Benoît Hamon est sur l'aile gauche du PS, alors que Manuel Valls est sur l'aile droite. Lors du dernier débat, le premier s'est fait le tenant d'une gauche capable de proposer " un futur désirable, propulser un imaginaire puissant", grâce notamment à son revenu universel d’existence. Tandis que le second a défendu une gauche " crédible" désireuse de " ne pas créer d’illusion".

Leur programme

Avec une vision si différente de ce qu'est la gauche, il n'est pas étonnant que nombre de leurs mesures divergent. En matière économique, le point qui a cristallisé les tensions est l'instauration d'un revenu universel de 600 euros (puis à terme de 750 euros) proposé par Benoît Hamon pour assurer à chacun un revenu minimum pour vivre. Celui-ci a chiffré le coût de cette mesure à 45 milliards. P our Manuel Valls, soucieux du financement de cette mesure : "Il est hors de question de laisser déraper les déficits". 

Au sujet de l'immigration, Benoit Hamon souhaite accueillir plus de réfugiés quand Manuel Valls veut conserver la politique actuelle. Autre point de divergence : le premier aimerait ouvrir le droit de vote aux étrangers pour les élections locales, tandis que le second est contre.

Sur les questions sociétales, Benoît Hamon veut ouvrir la PMA aux couples de même sexe, et encadrer la consommation de cannabis dans un cadre légal. En revanche, Manuel Valls veut maintenir l'interdiction du cannabis et souhaite simplement lancer le débat sur l'ouverture de la PMA aux lesbiennes.

Au gouvernement

Manuel Valls a plus d'expérience que Benoît Hamon au gouvernement. Ce dernier n'a été ministre que pendant 2 ans, dont 4 mois seulement à l'Education. Tandis que Manuel Valls a hérité dès 2012 du poste en or de ministre de l'Intérieur, avant d'occuper celui plus prestigieux de Premier ministre jusqu'en décembre 2016. 

Leur vie privée

Marié une première fois à Nathalie Soulié, qu'il avait rencontrée à l'université et avec laquelle il a eu quatre enfants, Manuel Valls a épousé en secondes noces la violoniste Anne Gravoin en 2010. De son côté, Benoît Hamon est pacsé avec Gabrielle Guallar, cadre chez LVMH. Le couple a deux filles.

Alors que la femme de Benoît Hamon est restée jusqu'à présent dans l'ombre - "A part mes potes, personne ne connaît ma femme", a-t-il déclaré au Figaro madame - la femme de Manuel Valls est régulièrement dans la lumière. Elle n'a pas hésité à accompagner dans ses déplacements à l'étranger son mari quand il était Premier ministre.

Leurs distinctions

En matière de décorations, Manuel Valls domine largement son adversaire à la primaire de la gauche, avec 9 décorations dont deux en tant qu'ancien Premier ministre, et plusieurs distinctions étrangères (Espagne, Maroc, Mali, etc.). Quant à Benoît Hamon, on ne lui en connaît qu'une, surprenante par ailleurs : commandeur de l'Ordre de l'Aigle aztèque (plus haute distinction attribuée au étrangers par le Mexique). Ils ne sont que 9 à l'avoir reçue, dont de Gaulle et Mitterrand. Il avait expliqué sur TF1 l'avoir reçue quand il était ministre de l'Education nationale (2014), après un accord signé avec le Mexique sur un projet éducatif.