Arbitre lors de la prise de bec Copé-Fillon, Alain Juppé a su prendre le recul nécessaire pour être un ténor de l’UMP. Si un éventuel retour de Nicolas Sarkozy est programmé selon ses proches, son ancien ministre des Affaires étrangères serait bien placé pour briguer l’Elysée et ce, alors qu’il aura 70 ans passé en 2017.

©AFP

Elu dès le premier tour des municipales à Bordeaux, l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac est la figure la plus probable pour représenter l’UMP aux élections présidentielles de 2017. Et pour cause, au point d’orgue de la division de l’UMP entre François Fillon et Jean-François Copé, Alain Juppé a joué la carte du rassemblement. Une position qui lui a permis d’obtenir de nombreux soutiens en cas d’éventuelle candidature.

• Lire aussi : Alain Juppé hospitalisé au Val de Grâce à Paris

Juppé, chef de file de l'UMP ?

Le maire de Bordeaux a su remettre un semblant d’unité au sein du parti. Il a en effet récemment recadré Henri Guaino -dans le cadre des européennes- lui intimant de quitter le parti. Ce serait un soutien de Nicolas Sarkozy en moins. Ce dernier voit ses chances de retour s'ammoindrir. Les affaires judiciaires dans lesquelles l'ex-chef d'Etat est impliqué ternit son image présidentielle.

A droite, personne n’aurait réellement la carrure pour s’opposer à lui. François Fillon n’a pas réussi à se remettre politiquement de son "clash" avec Jean-François Copé. Quant à ce dernier, il concentre toutes les critiques envers le parti et son impopularité ne peut lui permettre d’envisager une présidentielle. De plus l'affaire Bygmallion l'a d'autant plus affaibli auprès des militants de l'UMP et des sympathisants de droite. Alain Juppé pourrait dès lors envisager de se présenter à la présidence du parti l’année prochaine et ainsi se placer en champion de la droite pour 2017.

Publicité
En avril un sondage Ifop publié dans Ouest-France simulait le premier tour de l’élection de 2017. Si Nicolas Sarkozy était en tête, fort de 31%, Alain Juppé le suivait de près avec 30% des suffrages. Un autre sondage CSA pour Les Echos démontrait cette fois que l’ancien Premier ministre recueillait 56% d’opinions favorables auprès des Français.

Si Juppé part favori pour 2017, la politique est incertaine. L’affaire su Sofitel a eu en effet raison d’un Dominique Strauss-Kahn ultra favori… Il s’en passe des choses en trois ans.

A voir sur ce thème : Alain Juppé pense-t-il à 2017 ?

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité