L'élection présidentielle arrive à grand pas. Ces derniers temps, Emmanuel Macron n'a eu de cesse de se présenter comme le président du pouvoir d'achat. Mais qu'a-t-il fait pour celui des retraités, au juste ?
Présidentielle : qu'a fait le gouvernement pour le pouvoir d'achat des retraités ?Istock
Sommaire

"Le niveau de vie des retraités, on doit le préserver", affirmait avec force Emmanuel Macron, alors qu’il n’était que candidat à l’élection présidentielle, en mars 2017. Un engagement d’ailleurs répété à multiples reprises. Ainsi, devant Jean-Jacques Bourdin, il promettait que, "toutes les petites retraites auront le pouvoir d’achat protégé", s’il était amené à s’emparer des plus hautes fonctions de l’Etat, ainsi que le rappelle le Huffington Post sur sa chaîne YouTube. Le futur président continue : face à François Fillon, à l’occasion du premier débat télévisé de la campagne, il assène : "Je n’approuve pas d’aller plus loin, durant le quinquennat à venir, pour faire des économies sur le dos des retraités comme vous le proposez". Le message est clair. Mais peut-on dire du chef de l’Etat qu’il a tenu parole, à quelques mois du match retour ?

En pratique, la ligne du candidat et celle du président ont présenté quelques divergences… de taille. Ainsi, en 2019, son Premier ministre déclarait "faire le choix du travail" par rapport à celui des retraites, ainsi qu’il l’expliquait à nos confrères du Journal du Dimanche dans une longue interview (article abonné). Il assumait alors "le risque d’une perte de pouvoir d’achat pour les retraités et les familles" et revendiquait "privilégier la rémunération de l’activité par rapport aux aides sociales", insiste le titre de presse. Cela n’empêchait pourtant pas Edouard Philippe d’assurer que les pensions de retraites continueraient à progresser ! Simplement… de façon plus modérée, promettait-il à l’époque.

Emmanuel Macron est-il vraiment le président du pouvoir d’achat des retraités ?

En pratique, tempère Le Figaro, il est possible d’identifier assez aisément les grands gagnants des différentes mesures fiscales décidées par Emmanuel Macron. Difficile de dire qu’il s’agit des retraités, ou des ménages modestes. Au contraire, en vérité : ce sont bien davantage les foyers appartenant à la classe moyenne… et ceux comptant parmi les plus aisés. Le président, qui a en grande partie été élu par les retraités, n’en est peut-être pas pour autant le meilleur défenseur.

Comparez et économisez sur votre mutuelle santé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.