Le duel final de l'élection présidentielle de 2022 est écrit. Ou, du moins, l'est peut-être. C'est en tout cas ce qu'affirment certains observateurs de la vie politique française. Et s'ils s'étaient finalement trompés ?
Présidentielle 2022 : qui pourraient détrôner Macron ou Le Pen pour le grand final ?AFP
Sommaire

Il est prêt à aller à "la rencontre de tous les Français". Depuis les élections régionales, Xavier Bertrand a de quoi se sentir pousser des ailes. Et il n’est pas le seul ! Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez ont, eux aussi, su se faire réélire avec brio à la présidence de leurs régions respectives. Tous, semble-t-il, espèrent s’immiscer dans l’élection présidentielle de 2022 et, peut-être, s’imposer à la table du débat du second tour. Quitte, dès lors, à renverser Emmanuel Macron ou Marine Le Pen pour y arriver. 

Le président des Hauts-de-France n’hésite d’ailleurs plus à le dire, observe LCI. "Le match à deux a du plomb dans l’aile : Marine Le Pen engueule ses électeurs – c’est du jamais-vu – et Emmanuel Macron cherche encore à enjamber le scrutin", a-t-il affirmé à l’issue de sa victoire. "Maintenant, tout le monde a compris que la présidentielle est désormais un match à trois", poursuit, sans appel, l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy. Il est convaincu qu’il lui faut y aller maintenant. Pas demain, déclare-t-il dans les colonnes du quotidien Les Echos. "Mon moment, c’est 2022, pas 2027. Si je ne gagne pas cette fois-ci, je continuerai à diriger la région, mais pour la présidentielle, ce sera terminé."

Le duel Emmanuel Macron-Le Pen a-t-il pris fin avant même de commencer ?

De l’autre côté du spectre politique - c’est-à-dire de celui de son adversaire direct -, le discours n’est pas tout à fait le même. Le chef de l’Etat l’avait fait savoir avant même la tenue du scrutin ; il l’a encore redit devant les micros de l’hebdomadaire Elle à son terme : ces résultats ne changent rien à l’échelle du pays. "Les élections locales n’appellent pas de conséquences nationales", a résumé l’hôte du Château.

Pourtant, d’après le politologue Christophe Bouillaud, le président de la République a effectivement de quoi se faire du mouron. Le duel tant annoncé pourrait s’avérer moins évident. "De fait, il est possible que le pronostic soit aujourd’hui démenti. Indépendamment de l’abstention, les élections régionales confirment que la première force politique de France, c’est bel et bien la droite, qui reste très largement majoritaire en termes d’élus. Elle peut aligner l’essentiel des régions, les deux tiers des départements, un nombre de villes et de commune conséquents. Elle dispose d’une assise incontestable au Sénat", égrène le chercheur qui enseigne les sciences politiques à l’IEP (Institut d’Etudes Politiques, Sciences-Po) de Grenoble. De vilains troubles-fêtes pourraient donc s’inviter dans le duel pour l’Elysée. 

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.