Malgré sa prise de fonctions à la tête du parti d'opposition, Nicolas Sarkozy a tenu sa première conférence rémunérée le 6 décembre dernier rapporte Paris Match.
© AFPAFP

On peut être président d’un parti politique et continuer de faire prospérer sa petite entreprise. En effet, l’ancien chef d’Etat n’a pas abandonné ses très lucratives conférences qu’il donne à l’étranger. Le 6 décembre dernier, c’est à Doha, au Qatar, que le chef de l’opposition s’est rendu explique Paris Match.

En outre, l'hebdomadaire précise que Nicolas Sarkozy a répondu à l’invitation de la Qatar National Bank pour tenir une conférence portant sur les "conseil d’investissement en Europe et en France".

Lire aussi : Nicolas Sarkozy signe un (très) gros chèque à l’UMP : mais d’où venait tout cet argent ?

Toujours selon Paris Match, le nouveau patron de l’UMP aurait profité de cette escapade qatarie pour rencontrer son ami Tamim Al Thani, l’émir de l’Etat pétrolier. Le montant du cachet touché par Nicolas Sarkozy n'a pas été rendu public mais Paris Match et d'autres médias avancent la somme de 100.000 dollars. Après tout, avec le très gros chèque qu’il venait de faire à l’UMP, il avait sans doute le besoin de se refaire.

Des activités qui passent mal à l’UMP

La carrière parallèle menée par Nicolas Sarkozy ne fait l’unanimité du côté de l’UMP. "Il ne devrait pas poursuivre ses conférences rémunérées, c'est mauvais pour son image" a soufflé un proche à l’hebdomadaire. Idem du côté d’Alain Juppé qui ne manque jamais une occasion de rappeler que cela pose des problèmes d’éthique. Par ailleurs, le maire de Bordeaux se plait à répéter qu’il donne des conférences gracieusement.

Comme nous vous le disions récemment, Nicolas Sarkozy a accumulé un petit pactole avec toutes ses acitivités différentes.

Vidéo sur le même thème : Nicolas Sarkozy sur le plateau de Claire Chazal

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Vidéo : Tour de France 2019 : un coureur met une fessée à un spectateur !