Sommaire

L'instabilité ministérielle est-elle par essence préjudiciable à un régime ?

"Des régimes parlementaires comme celui de l'Espagne, de la Belgique ou de l'Allemagne prennent du temps à composer un nouveau gouvernement. Pour autant, cela n'engendre pas mécaniquement d'instabilité dans la gestion du pays", rappelle d'entrée de jeu le constitutionnaliste. Et de préciser qu'il n'y a pas nécessairement de lien systémique entre instabilité ministérielle et régime parlementaire.

Par ailleurs, "sous les IIIè et IVè République Française, la ronde des ministres n'a pas empêché de conduire d'importantes réformes, dont les effets se font encore sentir aujourd'hui. Parmi l'héritage de ces régimes, il faudrait rappeler la laïcité ou le nucléaire, par exemple, qui continuent à modeler le pays dans lequel nous vivons", souligne le politologue qui insiste : ce modèle de gouvernance n'empêche pas l'application d'une politique forte.

"Bien entendu, c'est un système plus lent, qui implique parfois des pertes de temps comme d'énergie. Il faut pouvoir négocier, marchander, trouver des compromis. Pour autant, il ne s'agit pas du chaos politique qui est parfois décrit et il importe de relativiser l'image que l'on en a en France. D'autant plus que la stabilité institutionnelle actuelle n'est peut-être qu'un trompe-l'œil : il ne faut pas oublier les foyers de désordre que l'on observe depuis plus d'un an maintenant, ainsi que la difficulté persistante à réformer !", alerte Olivier Rouquan.

Pourquoi, alors, dénigrer à ce point le régime parlementaire ? "L'idée qu'il s'agit d'un mal absolu à éviter s'est ancrée dans la population après l'arrivée au pouvoir du général de Gaulle. Il a construit son retour au pouvoir sur la condamnation de ce qui se faisait avant lui, et de ce qu'il appelait le règne des partis. Il est difficile de revenir sur ce qui, aujourd'hui, est presque devenu un préjugé", détaille le chercheur.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.