A l'approche d'une intense manifestation, le chef de l'Etat a de quoi paniquer. Pourtant, l'exécutif se réjouit, et pour cause ! L'attitude inattendue de l'UDI et du MoDem pourrait, à bien des égards, servir Emmanuel Macron…
Pourquoi Emmanuel Macron se frotte-t-il les mains en ce moment ?AFP
Sommaire

Emmanuel Macron se frotte les mains : le centre bientôt réuni dans son giron ?

"Tout ce qui va dans le sens de l'élargissement, on prend", affirme sans hésiter un proche d'Emmanuel Macron, dans les colonnes du Parisien. Il commente la récente initiative centriste, qui réunit le MoDem et l'UDI pour la première fois depuis 2014 : un grenelle pensé en amont de la manifestation du 5 décembre 2019. Objectif de cette "conférence sociale" ? Désamorcer la bombe que le gouvernement craint depuis plusieurs semaines déjà, comme le rappelle L'Express.

Pourquoi se réjouir, alors, d'une réunion avortée ? Précisément parce qu'elle illustre un rapprochement entre deux forces politiques qui, jusqu'à lors, marquaient leur adversité. "Si on avait dragué Lagarde avant les européennes, on aurait été en tête", note un autre proche du chef de l'Etat, toujours aux micros du quotidien régional.

"Bien évidemment, le gouvernement ne peut que se féliciter du ralliement de fait d'un ancien mouvement d'opposition à sa majorité parlementaire. Cela lui garantit de facto une meilleure couverture du centre quand bien même, sur le plan électoral, l'UDI ne représente pas grand-chose. Le parti manque désespérément d'un leadership de premier plan", rappelle pour sa part Christophe Bouillaud, politologue et professeur de science politique à l'IEP (Sciences-Po) Grenoble. "Pour autant, Emmanuel Macron a effectivement de quoi se frotter les mains. D'abord parce que récupérer l'UDI signifie que son propre mouvement acquiert un certain monopole sur le centre français, mais aussi parce qu'il gagne de la même façon un certain personnel politique qui pourra lui être utile à l'avenir, en cas de remaniement par exemple", poursuit-il. 

Autant de raisons de se réjouir pour le président de la République, d'autant plus que cela ne s'arrête pas là ! "L'UDI apporte aussi son réseau d'élus, ce qui peut s'avérer primordial pour une bonne implantation des candidats LREM aux prochaines municipales", précise Christophe Bouillaud… Pour qui le chef de l'État n'est le seul à gagner beaucoup à un pareil montage.

Emmanuel Macron se frotte les mains : l'UDI, un petit parti pas tout à fait innocent ?

"On est quand même les seuls mecs qui jouent de la mandoline sous le balcon de Macron et qui se prennent le pot de chambre sur la tête", s'agace un centriste auprès des journalistes du Parisien. "Comme ça ne vient pas de chez eux, ils n'en veulent pas", déplore, irrité, un autre élu. "S'ils voulaient faire un truc, ils auraient dû le faire avec nous", confirme un macroniste. Et lui d'ajouter : "Ces histoires de Grenelle, on sait comment ça finit : avec des augmentations du smic !"

Pourtant, assure Christophe Bouillaud, ce refus pourrait servir les centristes plus que prévu. "En proposant cette conférence sociale, les élus de l'UDI et du MoDem se positionnent. Ils anticipent d'ores et déjà les risques d'un scénario où la contestation du 5 décembre prendrait une très mauvaise tournure pour l'exécutif. Après un tel refus, ils auront beau jeu d'affirmer, en bons professionnels de la politique, qu'ils avaient tout vu venir et qu'il est grand temps de laisser faire les gens qui savent", analyse le chercheur.

"La situation actuelle est particulière : contrairement à ce qui se faisait par le passé, les ministres ne démissionnent plus quand leur compétence est questionnée, ou même quand leur incompétence est constatée. Seulement, la politique de la surdité ne pourra pas tenir ad vitam et l'autre pari que font les centristes c'est que certains des leurs pourront faire office de candidats à un ministère", poursuit l'enseignant.

Emmanuel Macron se frotte les mains : opportunisme ou union durable au centre ?

Depuis 2014, l'UDI et le MoDem n'avaient jamais su faire fi de leurs divergences. L'une des figures les plus emblématiques du centre français semblent d'ailleurs peu apprécier l'initiative de ses petits camarades. "Il est d'accord sur le fond, mais très énervé par les cosignataires", déclare d'ailleurs l'un des cadres de son parti. Il s'agit, évidemment de François Bayrou.

"Naturellement, cette union ne peut pas s'avérer pérenne tant que l'hypothèse François Bayrou n'est pas levée. Au cours de sa longue carrière, l'élu s'est créé quelques… inimitiés", rappelle Christophe Bouillaud. "Certaines d'entre elles seront particulièrement complexes à effacer. À l'évidence, le patron du MoDem n'est pas celui qui a le plus à gagner de la reconstruction du centre…", ajoute le politologue. Et pour cause ! Jean-Christophe Lagarde a d'ores et déjà annoncé son intention de reproduire ce genre d'événements.

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.