Fraîchement nommé au poste de porte-parole de LREM, Rayan Nezzar aurait sûrement dû s'abstenir de poster, quelques années plus tôt, certains tweets à l'encontre de politiques et d'une journaliste. 
Capture écran Facebook

Nous sommes en 2012. Et celui qui, le 4 janvier 2018, sera nommé porte-parole de LREM ne se doute probablement pas que ses tweets assassins à l'encontre de la classe politique, mais également d'une journaliste, ressortiront un jour des archives du net. Dommage.

A lire aussi : Semaine de la langue française : dix insultes tombées en désuétude

De fait, compte tenu de sa nouvelle nomination sous la houlette de Christophe Castaner, Rayan Nezzar est désormais particulièrement exposé. Et si un petit ménage a naturellement été effectué sur ses réseaux sociaux avant toute annonce, d'irréductibles médias, à l'instar du site Buzzfeed, ont pris soin, au préalable, d'effectuer quelques menues captures d'écrans des tweets en question. Problème : ils sont particulièrement sulfureux.

"... Mais va niquer ta mère !!! #Copé #petitepute"

A l'époque, cet ancien étudiant de l’ENA ne se prive pas de partager son indignation à coups d'insultes sur Twitter lorsqu'il le juge nécessaire. Jean-François Copé, Marine Le Pen et même Aurore Bergé, la porte-parole du groupe LREM à l’Assemblée Nationale, en prennent pour leur grade. "Le mec est le maire de Meaux et nous fait du populisme anti-Paris exactement comme Le Pen, mais va niquer ta mère !!! #Copé #Petitepute", peut-on lire dans un tweet daté de 2012.

Autre joute "twitesque" de la part du nouveau porte-parole : "#Juppé est une fiotte", "Manuel Valls, le suiviste. Tout pour l'opinion. Zéro couille" et la journaliste Caroline Fourest est une "épave".

"... Toutes mes excuses pour ces mots qui ont pu choquer"

Si Rayan Nezzar n'a pas souhaité répondre aux appels des rédactions lui demandant des explications, il s'est toutefois fendu vendredi 5 janvier 2018 d'un post d'excuses sur Twitter : "J'ai tenu des propos irréfléchis quand j'étais étudiant, je les regrette bien évidemment et présente toutes mes excuses pour ces mots qui ont pu choquer".

Et si le jeune homme de 27 ans est présenté tel un spécialiste des questions économiques et sociales par le site du parti présidentiel, ses propos ont rapidement fait réagir un certain nombre de politiques. A commencer par Wallerand de Saint Just, le trésorier du FN et conseiller régional d'Île-de-France. Lequel a indiqué sur Twitter que Rayan Nezzar lui paraissait "avoir toute la vulgarité nécessaire pour avoir été désigné porte-parole d'@enmarche.fr".

François-Michel Lambert, un député LREM des Bouches-du-Rhône a, de son côté, demandé samedi 6 décembre à Christophe Castaner, de revenir sur la nomination de Rayan Nezzar.

En vidéo - La République En Marche dans le Nord

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !