©AFP / Rachida DatiAFP
Les années passent et les majorités changent. Résultat, certaines personnalités politiques sont moins visibles médiatiquement. Changement de carrière ou légère mise en retrait, Planet fait le point. 
Sommaire

Rachida Dati

Ces derniers temps, Rachida Dati a surtout fait parler d’elle à travers des anecdotes politiques. Il y a bien eu un long portrait d’elle, très commenté, dans Le Monde cet été, mais sa parole se fait plus discrète. Celle qui est toujours maire du VIIème arrondissement de Paris préfère avoir une relation plus directe et privilégie les échanges sur Twitter. 

Jean-François Copé

 © AFP

Raillé pendant la primaire de droite pour sa gaffe sur le pain au chocolat à 15 centimes, Jean-François Copé a renoncé à se présenter aux dernières élections législatives. Au Figaro, il expliquait alors vouloir se concentrer sur son mandat de maire de Meaux. L’ancien président de l'UMP a aussi prévenu, il entend bien participer aux débats qui s’annoncent au sein de la droite française. 

Arnaud Montebourg

 © AFP

Battu au deuxième tour de la primaire de gauche, Arnaud Montebourg est depuis resté très discret, et pour cause. Le JDD publiait fin juillet une indiscrétion relatant le pot de départ de l’ancien ministre socialiste. A l’occasion de cette petite réunion avec ses anciens collaborateurs, il a voulu "officialiser son retrait de la vie politique". A la tête d’une société qui promeut le Made in France, il n’hésite pas à commenter sur Twitter certains faits d’actualité.

Bernard Kouchner

Ancien ministre des Affaires étrangères sous Nicolas Sarkozy, Bernard Kouchner a très peu fait parler de lui depuis. Ouest-France relate qu’il a monté en juin 2011 une société de conseil. 

Vincent Peillon

Un petit tour et puis s’en va. Après avoir fait son grand retour sur le devant de la scène pour se présenter à la primaire de la gauche, où il a perdu, Vincent Peillon n’a pas vraiment fait signe. Il a toutefois toujours son mandat de député européen.

Chantal Jouanno

Ministre des Sport, entre autres, sous Nicolas Sarkozy, on a très peu entendu Chantal Jouanno ces derniers mois, voire ces dernières années, et ça ne risque pas de changer. Ancienne de l’UMP et de l’UDI, elle a complètement raccroché et ce même si le Premier ministre, Edouard Philippe, lui a proposé un poste. Comme elle le raconte dans Le Figaro, elle va intégrer un cabinet de recrutement.