© Capture d'écran TF1
Pressenti un temps pour devenir le nouveau ministre de l'Ecologie, Nicolas Hulot a finalement décliné l'invitation du président. Même s'il ne sera pas ministre, ce baroudeur aura connu plusieurs vies.
Sommaire

Plagiste, moniteur de voile...

Non. Nicolas Hulot n'entrera pas dans le prochain gouvernement de Manuel Valls prévu mi-février. Approché par le président de la République, qui lui aurait proposé un "super-ministère" de l'Ecologie, le sexagénaire a décliné la proposition. En plus de l'insigne honneur, cela aurait été une ligne de plus sur son C.V impressionnant. Retour sur les vies de ce baroudeur écologiste.

Pour se faire de l'argent adolescent, Nicolas Hulot est, comme tout le monde, passé par des petits boulots. Sur la Côte d'Azur, en tant que plagiste, il a ramassé les mégots, aligné les transats et planté les parasols. Pas franchement réjouissant. Nicolas Hulot enchaîne en devenant moniteur de voile. "Il a déjà failli en noyer, des gamins affolés dans leur coquille de noix, sourds aux recommandations inaudibles qui leur parviennent par bribes d'un mégaphone fatigué", indiquait l'Express dans une biographie en 2006. Puis, il passera ses soirées avec un second gagne-pain, serveur dans un petit bistrot.

Le photoreporter

Ces petits boulots vont très vite le lasser, et c'est sur les plages qu'il se découvre une passion : la photographie. Avec un "Olympus et un carnet à souche", il commence à photographier les badauds sur le littoral avant de se faire embaucher en 1975 à l'agence de presse SIPA comme photoreporter. "Il y effectuera jusqu'en 1979 plusieurs grands reportages photo sur les guerres et les catastrophes naturelles aux quatre coins de la planète, dont notamment la couverture du tremblement de terre au Guatémala en 1976, les évènements de la fin de l'apartheid en Afrique du Sud la même année, ou encore la guerre d'indépendance en Rhodésie en 1977", peut-on lire dans un blog hébergé par Médiapart.

L'animateur TV et à la radio

A partir des années 1980, Nicolas Hulot fait ses débuts à la radio, chez France Inter, puis brièvement à la télévision dans une émission pour enfants Les visiteurs du mercredi et Les Pieds au mur. En 1987, l'animateur quitte France Inter pour TF1 où il poduira/présentera plusieurs émissions consacrées à la nature : Ushuaïa, le magazine de l'Extrême (1987-1995), Opération Okavango (1996-1997) et Ushuaïa Nature (1998-2014). En 1990, il crée une fondation éponyme pour soutenir des initiatives environnementales et faire évoluer les mentalités sur les conséquences du réchauffement climatique entre autres.

L'écrivain

Entre 1989 et 1991, alors qu'il présente l'émission Ushuaïa,  Nicolas Hulot publie trois livres sur ses expériences et ses convictions de militant écologiste : Chasseurs de Pôles (Éditions Albin Michel), Les chemins de traverses (Éditions JC Lattès, 1989) et États d'âme (Éditions JC Lattès). Mais le baroudeur ne s'arrêtera pas là puisqu'il publiera une quinzaine d'autres ouvrages, dont le dernier date de 2015 : Osons ! Plaidoyer d'un homme libre, (Éditions  Les liens qui libèrent).

Le candidat à l'élection présidentielle

Si Nicolas Hulot a conseillé plusieurs hommes politiques, il a voulu franchir le pas en 2011 en se présentant à la primaire des Verts pour devenir candidat à l'élection présidentielle. Mais les militants lui préfèreront finalement Eva Joly. Le 6 décembre  2012 , il est nommé "envoyé spécial pour la protection de la planète" parFrançois Hollande. Sa mission se terminant début février 2016, Nicolas Hulot a été approché par le président pour intégrer le prochain gouvernement au ministère de l'Ecologie. Mais ce jeudi après-midi, il a finalement refusé l'offre. Non, Nicolas Hulot n'ajoutera pas "ministre" à son C.V. hétéroclite...