Patrick et Isabelle Balkany : des barons qui marchent à l'affect et aux petits arrangements ?

"N'oublions pas que si Patrick et Isabelle Balkany ont pu régner si longtemps sur Levallois, c'est parce que leurs administrés ont voté pour eux, puis ont trouvé leur duo efficace", insiste pour sa part Christophe Bouillaud, politologue et professeur de science politique à l'IEP (Sciences-Po) Grenoble. "La situation demeure, somme toute, assez classique : la sensibilité des électeurs aux problèmes de corruption et de détournement d'argent s'arrête là où débute leur intérêt personnel. À Levallois, ils profitent de multiples services sans pour autant payer plus d'impôts. Le calcul a donc de quoi leur sembler positif", souligne-t-il, non sans rappeler l'important taux d'endettement de la commune. "Patrick Balkany s'est arrangé pour que les problèmes de financement n'impactent pas trop les contribuables locaux", note-t-il. 

Selon lui, ce n'est pas la seule arme dont disposait le couple pour s'attirer la sympathie et l'indéfectible soutien de certains de ses administrés. "Les avantages particularisés font partie intégrante du travail de n'importe quel élu local. Plus on s'éloigne de l'échelon national, plus le citoyen juge sur pièce plutôt que sur des valeurs", précise-t-il. C'est pourquoi, explique-t-il, il vaut parfois mieux garder une rue impeccable plutôt que d'afficher d’intraitables valeurs, quand l'on souhaite garder un siège de maire…

Un postulat que ne rejoint pas tout à fait Emmanuel Rivière : à ses yeux, la situation de Levallois-Perret fait office de microcosme particulier plus que de règle générale. "On entend souvent dire sur les plateaux que les Françaises et les Français seraient enfermés dans des contradictions. Il y a principalement une très forte exigence d'honnêteté et d'exemplarité, qui pèse sur les épaules de nos représentants", estime-t-il, pointant du doigt les affaires Cahuzac, Sarkozy, ou Fillon. "N'importe quel élu est mis en difficulté dès lors qu'il est soupçonné de malhonnêteté. C'est le poids des affaires qui a privé Nicolas Sarkozy d'une potentielle victoire lors de la primaire. C'est aussi ce qui a érodé progressivement le score de François Fillon à la présidentielle. L'affaire Balkany, fait plutôt office d'exception que de règle", assène-t-il.

"A Levallois, ce qui l'emporte, c'est avant tout la proximité. Les époux Balkany ont toujours été très présents dans leur ville. Ils ont noué une certaine relation, un affect même, avec leurs administrés. Nombreux sont les levalloisiens à avoir pu les voir, discuter avec eux ou leur serrer la main. Forcément, cela devient plus facile de se différencier des autres politiques, réputés hors-sol", précise d'ailleurs le sondeur, cette fois si en accord avec le politologue. Autre atout pour ne pas apparaître déconnecté du reste du monde ? "La victimisation. Quand les Balkany mettent en scène la dureté de leur peine, cela contribue aussi à mobiliser leurs soutiens et à les faire paraître plus proches d'eux", ajoute l'expert de Kantar.

En participant à notre grand jeu de l'été, remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.