Une photo de la cellule de Patrick Balkany diffusée sur les réseaux sociaux fait polémique. Mais ce cliché est-il fidèle à la réalité ?
AFP

C'est un photomontage qui fait réagir. Sur Facebook, un internaute compare la cellule de Patrick Balkany (dont la photo a été relayée dans les médias) à une autre en bien plus mauvais état. Saleté, lits superposés et vaisselle éparpillée, cette dernière est présentée comme celle d'un "gueux condamné pour avoir volé un sandwich et du jus d’orange". L'internaute s'indigne et parle de "justice de classe".

Les deux cellules sont présentées comme appartenant au même établissement pénitentiaire : celui de la prison de la Santé, à Paris, où Patrick Balkany purge actuellement une peine de quatre ans pour fraude fiscale. Le photomontage suscite la polémique et a été abondamment partagé sur les réseaux sociaux.

Choquante, l'image n'en demeure pas moins fausse, dévoile Libération. En effet, si la cellule de Patrick Balkany est bien telle que présentée sur la photo, l'autre cliché est cependant trompeur et constitue un bel exemple de fake news.

Cellule de Patrick Balkany : traitement de faveur ou ordinaire ?

En effet, la Santé a été entièrement rénovée pendant quatre ans, et est aujourd'hui présentée comme une "prison modèle", note France Inter. À quelques détails près, les cellules sont désormais identiques, et ressemblent toutes à celles de Patrick Balkany. Une simple recherche sur Google images permet de le constater. L'autre cellule appartient à la prison de Fresnes, révèle Libération.

L'administration pénitentiaire affirme que l'ancien maire de Levallois ne bénéficie d'aucun régime de faveur. Néanmoins, sa notoriété a poussé la prison de la Santé a lui donner une cellule dans le "quartier des vulnérables". Cette partie de la prison est réservée aux personnes pour qui les autres détenus présentent un risque potentiel. Y sont généralement incarcérés les personnalités publiques, les délinquants sexuels et les policiers.

"Ce n’est pas un régime de faveur. Les prisonniers détenus dans ce quartier ont exactement les mêmes droits, les mêmes temps de promenade que les autres détenus. Leur cellule est de la même taille que l’ensemble des cellules de cette prison", précise la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP) au quotidien.

Il a également été raconté dans certains médias que Patrick Balkany avait obtenu l'assurance de bénéficier d'une cellule individuelle, mais "les personnes en quartier spécifique sont de facto en cellule individuelle", relève la DAP.

Vidéo : La cellule de Patrick Balkany

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.