Mis en examen mercredi pour corruption active, trafic d’influence actif et recel de violation du secret professionnel dans l’affaire, Nicolas Sarkozy a dénoncé la volonté du gouvernement de "l’humilier". L’ancien président a notamment fait allusion au lapsus commis par le ministre du Travail il y a quelques mois.

©AFP

AFP

Nicolas Sarkozy n’a pas mâché ses mots mercredi soir. Au cours de l’interview qu’il a accordée à TF1 et Europe 1, l’ancien président s’est non seulement défendu des soupçons qui pèsent actuellement sur lui mais a également attaqué certains membres du gouvernement. Selon lui, ils seraient nourris d’une volonté profonde de "l’humilier". Pire, il en a accusé d’avoir été informés, voire impliqués, dans les dossiers judiciaires le concernant.

La preuve d’une machination ?Pour prouver ses dires, l’ex-locataire de l’Elysée est notamment revenu sur cet épisode de mars dernier où, alors invité de la matinale d’Europe 1, Michel Sapin avait lâché : "Au début, il y a des enquêtes contre Nicolas Sarkozy, à la fin, il y a des enquêtes contre Nicolas Sarkozy. Et on va s’occuper de Nicolas Sarkozy". Des propos sous-entendant que le gouvernement s’était mêlé de cette affaire judicaire et que le ministre du Travail avait aussitôt rectifiés. "Enfin, les juges vont continuer à s’occuper des affaires de Nicolas Sarkozy", s’était-il repris.

Publicité
Et le petit rappel de ce lapsus fait mercredi par l’ex-leader de la droite n’a pas manqué de faire réagir la toile. Ainsi que le rapporteCloser, les internautes ont été nombreux et rapides pour tirer des conclusions sur ce lapsus. "La preuve que tout est commandé depuis l’Elysée", a posté l’un d’eux tandis qu’un autre a écrit : "Michel Sapin avait dit : ‘on va s’occuper de Nicolas Sarkozy’. Ce soir on comprend pourquoi !".

Vidéo : sa garde à vue levée, Nicolas Sarkozy retrouve ses proches

 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité