Lors de son allocution du 25 mars 2021, a parlé de la déprogrammation d'une partie des soins. D'aucuns l'accusent aujourd'hui d'avoir ouvert la porte au tri des patients.
Olivier Véran vient-il d'officialiser le tri des patients à l'hôpital ?AFP
Sommaire

"La déprogrammation des soins ne saurait être totale", affirmait Olivier Véran, le jeudi 25 mars 2021, alors qu’il détaillait la nouvelle stratégie de l’exécutif pour faire face à la propagation du coronavirus Covid-19 et de ses divers variants sur le sol hexagonal. "On ne protège pas la santé des uns en compromettant celle des autres", explique-t-il encore, avant de se lancer dans davantage de précisions, dont BFMTV se fait l’écho : "On doit limiter cette déprogrammation et la faire très progressivement pour éviter des pertes de chances pour les autres malades. Ainsi la prise en charge de certains patients devra être préservée. Je pense notamment à la chirurgie pour cancer, à l’activité de greffe pour les malades qui sont atteint de pathologies chroniques ou encore en pédiatrie. Je tiens aussi à ce que l’accès au soin en santé mentale soit préservé en cette période".

Hélas, note très justement Le Parisien, malgré toutes les pincettes prises le mot est lâché : déprogrammation. Il apparaît aussi sur le document projeté aux côtés du ministre. Et de toute évidence, il effraie considérablement les responsables d’associations ainsi que certaines figures du corps médical.

Coronavirus : ce à quoi pense vraiment Olivier Véran quand il parle de "déprogrammation"

Car qu’en dise l’ancien praticien, il va falloir sélectionner certains malades jugés moins à risque et déprogrammer les soins qu’ils étaient supposés recevoir pour accorder la place à d’autres patients. En bref, s’adonner à une forme de tri à l’hôpital. En Île-de-France, par exemple, "ce sont 80% de ces activités qui devraient être déprogrammées", a-t-il d’ailleurs reconnu. 8 malades sur 10 ne souffrant pas du coronavirus Covid-19 n’auront pas accès aux traitements dont ils ont besoin, faute de lits et de bras, dont les nombres ont été sans cesse réduits par nos administrations successives.

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.