Le président des Républicains s’est une nouvelle fois laissé aller à ironiser sur toutes les écoutes dont il a fait l'objet.

La semaine dernière Wikileaks révélait que les trois derniers chefs d’Etat français avaient été écoutés par les services secrets américains (NSA) entre 2006 et 2012. C’est "inacceptable" s'est récemment emporté Nicolas Sarkozy lors d'un entretien accordé au Monde, avant d’expliquer : "Je me doutais qu’il y a avait des écoutes mais je n’imaginais pas qu’elles pouvaient viser des responsables politiques personnellement".

"Je me demande qui ne m’écoutait pas…"Des écoutes clandestines qui s’ajoutent à d’autres menées à son insu par son ancien conseiller Patrick Buisson lorsqu’il était à l’Elysée et à celles utilisées par les juges d’instruction en charge de l’affaire Bettencourt. Ce qui n’a pas échappé à Nicolas Sarkozy, lequel préfère semble-t-il en rire. "Avec le recul, je me demande qui ne m’écoutait pas…", a en effet déclaré le patron des Républicains dans les colonnes du quotidien du soir.

Publicité
Ce n’est pas la première fois que l’ancien président de la République se laisser aller à ironiser sur les écoutes dont il a fait l’objet. "Les vingt-cinq policiers qui m’ont écouté auraient mieux fait de s’occuper d’enregistrer les terroristes", avait-il lâché quelques jours après les attentats de janvier, rapportait alors le Canard Enchaîné.

Vidéo sur le même thème : Montebourg passe "le bonjour de Paul Bismuth" 

mots-clés : Nicolas sarkozy

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité