Nicolas Hulot est sans aucun doute le ministre le plus médiatique du gouvernement. A ses côtés, il peut toutefois compter sur une secrétaire d’Etat au parcours impressionant : Brune Poirson.

Nicolas Hulot a beau être très médiatique, il peut compter sur un relai de poids en la personne de Brune Poirson. Cette dernière, choisie comme secrétaire d’Etat au ministre de la Transition écologique après un entretien de seulement une trentaine de minute avec Edouard Philippe, était d’ailleurs dès ce vendredi matin sur LCI pour relayer la parole du gouvernement alors que le démantèlement de Notre Dame des Landes était en cours.

Âgée de 35 ans, mariée et mère d’un enfant, Brune Poirson affiche un parcours brillant académiquement et marquant politiquement. Sur ce deuxième point, la trentenaire, soutenue par Jean-Paul Delevoye et Hubert Védrine, a ainsi réussi pour son premier scrutin à reprendre la troisième circonscription du Vaucluse à Marion Maréchal Le Pen. Cette victoire avait d'ailleurs un petit goût de retour aux sources pour deux raisons : les sources parce que Brune Poirson a été élevée à Apt et à fait son lycée à Marseille, et retour parce que la secrétaire d’Etat a passé de nombreuses années loin de la France.

Un parcours international

Si Brune Poirson s’illustre sur les enjeux internationaux de l’écologie – elle s’est notamment fait remarquer lors de la COP23 à Bonn – c’est parce que son parcours professionnel s’est construit hors des frontières hexagonales. Après Science-Po à Aix, elle file à la London School of Economics, puis à l’école d’affaires publiques de l’université d’Harvard. Elle est un temps attachée parlementaire d’une députée britannique travailliste avant de s’illustrer en Inde aux côtés du ministre Sam Pitroda. Ce dernier ne manquera pas de saluer sa nomination à l'Ecologie.

Brune Poirson intègre ensuite l’Agence française de développement puis Veolia, avant finalement de fonder avec son compagnon un think tank. En 2016, elle adhère au projet d’Emmanuel Macron. "Ça a été mon appel du 18 juin. J'étais aux États-Unis quand Trump a été élu, le Brexit m'a touchée compte tenu du temps que j'ai passé en Angleterre. Emmanuel Macron, lui, ne refusait pas les transformations du monde", dit-elle dans Le Point.

Elle regardait Ushaïa

Brune Poirson ne cache pas le respect et l’admiration qu’elle porte à Nicolas Hulot. "Je regardais “Ushuaïa”. Nicolas Hulot est un symbole pour notre génération, il décuple mon énergie", confie-t-elle à Paris Match. S’il n’est pas facile de collaborer avec un ministre de tutelle qui à autant accès aux médias, ils se voient régulièrement. Tous les mercredis, Nicolas Hulot déjeune avec elle ainsi qu’avec Sébastien Lecornu, l’autre secrétaire d’Etat rattaché au ministère de la Transition écologique.

Publicité
Rarement décrit comme autre que travailleuse et animée par le souci de l’efficacité, Brune Poirson confie un goût pour le terrain. Elle était ce week-end dans le Vaucluse pour lancer la grande marche pour l’Europe, en amont des élections européennes. A ceux qui seraient par ailleurs tenté de lui rappeler cette phrase qu’aurait prononcé Emmanuel Macron à son encontre – "elle n’imprime pas assez" - Brune Poirson pourrait répondre comme elle l’a fait en mars dernier dans Le Point : "C'est un ministère immense, mais, avec le temps, j'emmagasine des connaissances, j'acquiers de l'expertise, j'apprends à connaître les rouages de l'État".

Vidéo :Le Grand Oral de Brune Poirson, secrétaire d'État à l'écologie

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité