Ils ont retourné leur veste et ont décidé d'abandonner le président de la République. Certains ont fait plus de dégâts que d'autres…
AFP
Sommaire

Ils ont lâché Emmanuel Macron : Nicolas Hulot

Le 28 août 2018, Nicolas Hulot a lâché une bombe au micro de France Inter. En pleine interview, il annonce sa démission du gouvernement. Il n’a pas pris le temps de prévenir Emmanuel Macron ou Edouard Philippe. Florence Hulot, son épouse, n’était pas non plus au courant assure-t-il.

A lire aussi :Animal favoris, plat préféré... Les penchants d’Emmanuel Macron révélés

"Je me suis surpris à des moments à des moments à abaisser mon seuil d’exigence", s’est justifié le ministre démissionnaire. Il a expliqué ne plus vouloir se mentir et dit espérer d’Emmanuel Macron "qu’il tirera les leçons [de ma démission]", rapporte Le Monde.

Lors de l’interview, Nicolas Hulot a également dénoncé certaines pratiques du gouvernement en place. Il a pointé du doigt la présence de lobbys au sommet de l’Etat, mentionné ses batailles avec Stéphane Travert le ministre de l’agriculture. Il a également dit le peu d’intérêt consacré à l’écologie par l’exécutif. "On s’évertue à entretenir un modèle économique cause de cause de tous ces désordres climatiques. Nous faisons des petits pas, et la France en fait beaucoup plus que d’autres pays, mais est-ce que les petits pas suffisent… La réponse, elle est non", a-t-il déclaré.

Nicolas Hulot, ministre le plus populaire du gouvernement a démissionné juste après une séquence estivale déjà chargée pour le président de la République. Il a été remplacé par François de Rugy.

Ils ont lâché Emmanuel Macron : Laura Flessel

Ministre des sports issue de la société civile, Laura Flessel a annoncé sa démission ce mardi 4 septembre. Elle a été remplacée par Roxana Maracineanu, première Française championne du monde de natation.

L’escrimeuse française la plus décorée a indiqué vouloir "retrouver des engagements passés, tournés vers l’humain, la solidarité et la coopération internationale", rapporte RTL. "Elle veut retrouver sa liberté et agir différemment", assure de son côté son entourage. Sa démission, précisent ses proches, ne présente "aucun lien avec les questions budgétaires". Le budget accordé au ministère des Sports de 2019 devrait en effet chuter de 6,2% par rapport à 2018, précise L’Equipe.

Coup dur pour le gouvernement : Laura Flessel était la deuxième ministre la plus populaire, juste après Nicolas Hulot, avec 46% d’opinions favorables. C’est plus que Jean-Yves Le Drian ou Jean-Michel Blanquer.

Ils ont lâché Emmanuel Macron : Laurent Berger

Le 1er mai 2017, la consigne de vote était claire : la CFDT s’est prononcée en faveur de l’élection d’Emmanuel Macron. Au premier tour, l’organisation syndicale n’avait pas souhaité influencer le vote de ses adhérents. Toutefois, Laurent Berger, son secrétaire général, s’est exprimé sur les programmes des candidats. En accord avec la philosophie de la loi Travail et pro-européen, il se disait favorable aux propositions d’Emmanuel Macron et de Benoît Hamon sur France Inter.

Depuis, les choses ont changé. Longtemps le partenaire privilégié du pouvoir, comme le rappelle Le Monde, le syndicat réformiste a perdu cette place aujourd’hui. Emmanuel Macron a été clair sur le sujet : la place des syndicats est dans l’entreprise, pas en politique.

Tant et si bien que la centrale réformiste – et Laurent Berger avec – se sont vus contraints de durcir le ton. "Je ne suis pas draguable", a expliqué le secrétaire général de la CFDT. Il est même allé jusqu’à estimer que "la confiance est rompue". S’il n’est pas encore passé dans l’opposition franche comme d’autres dirigeants syndicaux, il n’est plus réellement un soutien de l’action gouvernementale, souligne le quotidien du soir.

Il envisage de lâcher Emmanuel Macron : Stéphane Bern

Il craint de n’être qu’un "cache-misère" ou un "pantin". Stéphane Bern a récemment lancé un avertissement à l’égard du président de la République : il n’est pas impossible qu’il mette un terme à la mission que lui a confiée Emmanuel Macron d’ici la fin de l’année.

Pour rappel, Stéphane Bern est chargée de la sauvegarde du patrimoine à travers le "Loto du patrimoine", lancé le 3 septembre dernier.

"Si tout cela n’est qu’un effet d’annonce, je partirai", a expliqué l’animateur. "On saura si le loto du patrimoine est un succès. Ce que je voudrais, c’est que les Français me donnent raison. Y compris contre le gouvernement et certaines personnes dans les ministères", a-t-il poursuivi.

Toutefois, il a nuancé ses propos quelques heures plus tard, dans les colonnes du Parisien, souligne le site d’information Pure People. "Pas de quoi s’alarmer. Je ne pars pas pour le moment", a-t-il tempéré. Il a toutefois précisé qu’il estimait "nécessaire" de rappeler "l’importance" de sa mission. "Il y a des attaques sur le patrimoine, ça a fini par m’énerver."

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.