Alors que le Zoo de Beauval attend l'arrivée très prochaine d'un bébé panda, la Première dame Brigitte Macron va être mise à contribution. Découvrez de quelle manière. 

C’est un rôle auquel Brigitte Macron ne s’attendait certainement pas en devant Première dame de France. En effet, le Zoo de Beauval a fait savoir jeudi que l’épouse du président de la République sera très prochainement amenée à choisir le nom du bébé panda qui doit naître début août. Le parc animalier du Loir-et-Cher a la chance d’accueillir dans quelques jours à peine un bébé panda. Une naissance très attendue en France, mais aussi à l’étranger et notamment en Chine. 

A lire aussi –Brigitte Macron : une maie révèle ses secrets pour rester jeune

Brigitte Macron va décider du nom du bébé panda

Car si les parents du bébé panda vivent actuellement en France, ils sont nés en Chine et demeurent chinois. Alors que les parcs animaliers ne sont pas autorisés à capturer de nouveaux animaux ni à en acheter, Huan Huan, la femelle, et Yuan Zi, le mâle, ont été prêtés par leur pays d’origine. Après cinq années de discussions, en 2012 les autorités locales avaient finalement consenti à les laisser passer 10 ans au Zoo de Beauval en échange d’une somme annuelle de plusieurs centaines d’euros. Cet échange doit également suivre un protocole très clair qui prévoit qu’en cas de naissance d’un animal chinois dans un zoo étranger, ce sont les deux Premières dames qui, ensemble, doivent lui trouver un nom. Ainsi, Brigitte Macron devra-t-il réfléchir avec son homologue Peng Liyuan à la manière d’appeler le petit animal qui ne mesurera que quelques centimètres à sa naissance. "Son avenir est tout tracé, il est chinois, il repartira en Chine vers l’âge de quatre ans", a par ailleurs précisé la direction de la communication du parc.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Il vient avec un clown à son entretien de licenciement