L'ancienne ministre du gouvernement Fillon, Nadine Morano, a déclaré, ce vendredi au micro de RTL, ne pas regretter avoir donné une interview en 2012 à l'hebdomadaire d'extrême droite Minute. Cependant, elle s'est dite "choquée" de la Une du magazine en vente cette semaine.

Invitée de RTL, Nadine Morano, l’ex ministre de l’Apprentissage et de la formation professionnelle, a été interrogée sur l'interview qu’elle avait donnée à Minute en 2012. Elle dit ne pas regretter mais trouve, tout de même, la Une de l’hebdomadaire d’extrême droite "stupide" et "inutile".

L’hebdomadaire Minute a publié, cette semaine, une Une comparant Christiane Taubira, la garde des Sceaux, à un singe avec le titre suivant : "Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane".

Ce texte, "je ne le renie pas"

Les journalistes de RTL ont demandé, ce matin, à Nadine Morano si elle ne regrettait pas l’interview qu’elle a accordée en 2012 à Minute. Elle a alors répondu : "Non, comme Gérard Longuet, comme d'autres. Ce que je regrette, c'est cette couverture" jugée "stupide, inutile" et qui s'apparente à du "racisme sous couvert d'humour".

Quelques jours avant sa défaite aux élections législatives en Meurthe-et-Moselle en juin 2012, l’ex ministre UMP avait affirmé que les électeurs du FN "n’ont pas à être rejetés de la République". Des propos qu’elle ne renie pas. "Le texte que j'ai fait dans cette interview, je ne le renie pas" précise-t-elle.

Nadine Morano compare également cette Une à celle du magazine Marianne. Elle affirme être "choquée avec autant de violence" que la Une de Marianne consacrée à Nicolas Sarkozy qui qualifiait l’ex président de "voyou de la République" en août 2010.

En participant à notre grand jeu de l'été, remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.