Marine Le Pen a récemment déclaré à propos de sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen, "c’est ma fille". Des propos quelque peu surprenants et pour lesquels il faut remonter à la naissance de la jeune femme en 1989 pour en comprendre le sens. Explications. 

Plus qu’une famille, les Le Pen forment un clan. Outre leur blondeur et malgré quelques conflits, ses membres partagent également des liens très forts. Marine Le Pen et sa nièce en sont le parfait exemple. "C’est ma fille", dit souvent la présidente du Front national à propos de Marion Maréchal-Le Pen, rapporte Closer. Pourtant, on le sait, la leader frontiste a trois enfants et la députée du Vaucluse n’en fait pas partie. Son attachement filial à sa nièce n’est donc pas biologique mais plutôt psychologique.

"Marine, ma petite sœur, a été son papa à l’accouchement"

Pour le comprendre, il faut remonter à la naissance de la jeune femme à la fin des années 80. En 1989, Yann Le Pen, la sœur de Marine a mis au monde sa seule et unique fille, Marion. Cette enfant était le fruit de sa relation avec Roger Auque, un journaliste aujourd’hui décédé et qui à l’époque, ne l’avait pas reconnue. Aussi, la présidente du FN avait compensé cette absence. "Marine, ma petite sœur, a été son papa à l’accouchement. Elle m’a aidée à l’élever", a plus tard raconté Yann Le Pen dans l’ouvrage Les Conquérantes.

Publicité
Tissés dès sa naissance, les liens qui unissent Marion Marchal à sa tante sont donc très forts. Et ils n’ont cessé de se renforcer avec le temps, notamment à mesure que la jeune femme s’est engagée en politique. Au point qu'aujourd'hui Marine Le Pen fait figure de "seconde mère", souligne le magazine. 

Vidéo sur le même thème : Conflit au FN: que recherche vraiment Marion Maréchal-Le Pen? 

mots-clés : Front national

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité