Joies, espoir, véritables déceptions, coup de sang... Pour ce qui est d'aimer le football, les présidents sont souvent des Français comme les autres. Les récupérations et manipulations politiques en plus !
Emmanuel Macron et l'équipe française de Football en lice pour le mondial de 2018 - ClairefontaineAFP

Président de la République et Bleus : des relations passionnées ?

Ils sont nombreux, dans l’histoire récente, à partager l’amour du ballon rond. Les présidents de la République française semblent nourrir une passion dévorante pour le football… Ou au moins pour ses enjeux politiques.

A lire aussi : Coupe du monde de football 2018 : ce que l’État ne vous dit pas !

Ce ne fut pas le cas pour tous, cela étant. "Le sport, et tout spécialement le football a été pensé et perçu comme un enjeu politique assez tardivement. C’est à partir de 1998 qu’il prend toute la dimension qu’on lui connait aujourd’hui", explique Carole Gomez, chercheuse à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) spécialisée dans la géopolitique du sport. "Le général de Gaulle ne prêtait pas d’intérêt particulier au sport ou au football. Il était assez en colère, cependant, des résultats des atlhètes français lors des Jeux olympiques de 1960. Pompidou non plus n’avait pas de passion particulière pour le sport. C’est véritablement avec Jacques Chirac que tout a démarré", estime la chercheuse.

La victoire de la France en 1998 aurait mis l’importance du sport, du football et des Bleus suffisament en avant pour que depuis, plus aucun politique ne doute réellement de la portée politique d’évènements aussi importants qu’un mondial, indique la chercheuse. "Avant 1998, les dirigeants français ne savaient pas nécessairement ce qu’ils seraient en mesure de retirer de tels événements. Passé la victoire de la France au mondial de football, c’est devenu très clair", assure Carole Gomez.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.