En attendant la commission d'investiture qui statuera sur le sort de Nadine Morano, la petite réunion hier au siège du parti de droite a donné lieu à des échanges tendus.
AFP

"L’affaire Morano" n’en finit plus de faire des vagues… Alors que l’eurodéputé doit connaître son sort ce mercredi à l’issue de la commission d’investiture qui statuera sur la sienne en Meurthe-et-Moselle pour les régionales, un Bureau politique avait lieu hier soir au siège des Républicains.

Pendant cette petite réunion, les échanges ont été tendus entre Nadine Morano, Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy. Une fébrilité qui s’est ressentie dès les premiers instants, comme en témoigne ce tweet d’une journaliste d’Europe 1 : "Copé a tenté de lancer le sujet Morano au Bureau politique… Sarkozy lui a dit que ce serait dans les questions diverses à la fin." Selon une journaliste du JDD, il aurait également dit à son prédécesseur à la tête des Républicains : "Même toi, tu dois respecter l’ordre du jour."

Sarkozy rappelle à Copé l’histoire des pains au chocolat

Peu après, Jean-François Copé s’est mis à défendre Nadine Morano comme le rapporte une journaliste du Figaro, mettant en garde Nicolas Sarkozy contre une "jurisprudence désastreuse" s’il venait à la sanctionner. Le président Sarkozy lui aurait alors ressorti de vieux dossiers, comme la fois où il a viré du parti Christian Vanneste pour des propos sur les homosexuels. Nicolas Sarkozy a également ressorti l’histoire des "pains au chocolat" de Jean-François Copé, en déclarant que celle-ci n’était "pas aussi grave" que "l’affaire Morano".

L’échange tendu entre Morano et Sarkozy

A lire aussi - "Race blanche" : Nicolas Sarkozy pose un ultimatum à Nadine Morano

Mais la tension a montée d’un cran quand Nadine Morano et Nicolas Sarkozy ont eu quelques échanges. La première, ne reniant en rien ses propos sur "la race blanche", a appliqué la théorie de l’attaque comme meilleure défense : elle a ainsi rappelé à son président le moment où il avait comparé les migrants à "une fuite d’eau". Enfin, elle lui a rappelé qu’elle avait toujours "été là" pour lui, même "pendant (sa) garde à vue" dans le cadre de l’affaire Bygmalion.

Vidéo sur le même thème : Les Républicains : Sarkozy appelle à l'unité à droite

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Vidéo : Impressionnante sortie de piste d'un avion de la Patrouille de France