S'il est parfois appelé "Jupiter" en France, il peut se vanter de surnom non moins élogieux, passées les frontières Françaises. En effet, aux yeux de l'un des plus importants journaux d'Europe, Emmanuel Macron serait récemment devenu le "nouvel empereur" du vieux continent.
Le "nouvel empereur de l’Europe" ? L’original surnom qu’on donne à Macron, à l’étrangerAFP

Il a, assure l’hebdomadaire Elsevier Weekblad (article en néerlandais), enfin assouvi un "vieux souhait français". Emmanuel Macron serait de ceux qui réussissent, surpassant même Clovis, Louis XIV ou Napoléon : depuis le 14 juillet 2019, le président français aurait officieusement été couronné "nouvel empereur d’Europe", explique ce journal phare des Pays-Bas, dont le Courrier International reprend les informations.

Elsevier Weekblad consacre cette semaine sa Une au chef de l'État, qui aurait fini par détrôner Angela Merkel pour mieux asseoir sa souveraineté politique sur le reste du vieux continent. Il évoque notamment la cérémonie donnée à l’occasion de la fête nationale, à laquelle étaient notamment conviée Angela Merkel "aux airs de jeune fille amoureuse", selon le titre de presse et Mark Rutte, le Premier ministre néerlandais. "Hilare, comme toujours", décrit le magazine de droite conservateur. Des portraits qui contrastent celui accordé à un Emmanuel Macron "mince et dynamique", au "costume parfaitement taillé".

Emmanuel Macron "empereur de l’Europe" : un vieux continent bientôt sous contrôle français ?

Alors que défilaient les soldats français, Emmanuel Macron aurait inspecté ses hommes autant que les autres chefs d'État. "Comme s’il s’agissait de ses propres troupes politiques", écrivent les journalistes d’Elsevier Weekblad.

De quoi instaurer une Europe souveraine, "tant militairement qu’économiquement" ? C’est en tout cas ce qu’estime le titre de presse. "Sous commandement français", précise cependant le Courrier International. Un contexte susceptible de faire évoluer considérablement les relations entre les Pays-Bas et la France, poursuit le "porte-parole de la colonne vertébrale des travailleurs néerlandais". "La France est le deuxième plus grand investisseur étranger aux Pays-Bas, et les Pays-Bas sont le deuxième plus grand investisseur en France", note d’ailleurs le journal.