Le tour de France d’Emmanuel Macron est-il légal ?

"Le président de la République, dès lors qu’il est candidat à sa réélection, se retrouve évidemment dans une situation très particulière. Il devient alors essentiel de faire une distinction claire entre ce qui relève de son activité de candidat et ce qui relève de l’exercice du pouvoir", rappelle d’entrée de jeu Didier Maus, président émérite de l’association française de droit constitutionnel. "En l’état actuel des choses, nous ne faisons pas face à un président candidat. Tant qu’Emmanuel Macron ne se sera pas déclaré, si tant est qu’il le fasse, il ne sera pas possible de tenir de tels déplacements pour une campagne électorale", poursuit-il.

C’est là, d’ailleurs, que débute le problème estime Pierre-Marie Sève, délégué général de l’Institut pour la Justice, un think tank juridique généralement rangé à droite de l’échiquier politique. Et lui de rappeler ce que déclarait le président de la CNCCFP (Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques) dans les colonnes de Libération, il y a quelques années : "Pour nous, il est quasiment impossible de distinguer son activité de président de la République de celle de futur et encore éventuel candidat, dans la période actuelle". Un extrait déjà cité par Le Monde en 2011. 

"Il est très peu probable que le président de la République se fasse taper sur les doigts, pour peu qu’il arrive à rester un tant soit peu subtil. La critique est habituelle mais, juridiquement, elle n’est jamais - ou presque - suivie d’action réelle", souligne-t-il encore.

Et, à bien des égards, c’est chose heureuse estime Didier Maus. Explications.

Participez à notre grand jeu de l'été ! Remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.