Mediapart affirme que le versement de 9 millions ne serait qu'une "première tranche" d'un accord financier bien plus important. De son côté, Marine Le Pen dément.

Alors que Mediapart a révélé samedi dernier que le parti frontiste avait récemment contracté un prêt de 9 millions d’euros auprès d’une banque russe, le site d’investigation renchérit en expliquant que la somme demandée est largement supérieure. " Les responsables du Front national ont voulu emprunter en Russie une somme globale de 40 millions d’euros" explique le site.

Lire aussi :  Les troublants réseaux russes de la famille Le Pen

Publicité
Publicité

Une source membre du bureau politique du parti d’extrême droite explique ainsi à nos confrères que la somme évoquée précédemment ne représente en réalité que le premier versement d’une enveloppe bien plus importante. " Une première tranche a été débloquée sur un prêt de 40 millions [d'euros]. La tranche de 9 millions est arrivée, 31 vont suivre" détaille ainsi cette source.

"Les sommes évoquées sont totalement fantaisiste"

Marine Le Pen n’a pas tardé à réagir suite à la publication de l’article. "C’est fantaisiste, délirant" a expliqué Marine Le Pen auprès de l’AFP. "Nous avons sollicité 9 millions d’euros et nous avons obtenu neuf millions d’euros" a-t-elle rajouté. La présidente du FN s'est également exprimée sur Twitter pour contester les informations de Mediapart. 

Contacté par Mediapart, le trésorier du Front National, Wallerand de Saint-Just, a pour sa part expliqué : "il n’y a pas de première tranche, simplement moi j’ai toujours dit que d’ici les législatives on avait besoin de 35 à 40 millions d’euros". Une somme que l’on retrouve également dans l’argumentaire de Marine Le Pen qui évoque "un besoin financier de 30 millions d’euros" pour les prochaines échéances électorales.

Lire aussi :  Le FN emprunte des millions en Russie : les explications de Marine Le Pen

Hier, le Canard enchaîné révélait qu'un eurodéputé FN a touché une commission de 140.000 euros en marge de l’emprunt contracté. Jean-Luc Schaffhauser, l’intéressé, a concédé à l’AFP avoir perçu la somme de 100.000 euros. Visiblement, la lune de miel entre le FN et la Russie ne fait que commencer.

Vidéo sur le même thème - Marine Le Pen : "On ne peut pas trouver de solution en Ukraine sans la Russie"