Trois ans au ministère de la Justice et quatre directeurs de cabinet successifs. Une situation délicate que la garde des Sceaux a évoquée cette semaine dans les colonnes de Society.

Le 22 juin dernier, Christiane Taubira accueillait Alain Christnacht, son quatrième directeur de cabinet. En effet, depuis le début de son mandat à la tête du ministère de la Justice, la garde des Sceaux a dû composer avec la démission de trois directeurs de cabinet. Une situation délicate qui serait due au tempérament de la ministre et à ses exigences en matière de travail. Réputée dure et particulièrement exigeante avec ses collaborateurs, Christiane Taubira reconnaît en partie ses torts.

Publicité
"Ça ne réveille pas les sms !"Au cours d’un entretien accordé à Society et dévoilé ce vendredi, la ministre a confié : "Ce n’est sûrement pas facile de travailler avec moi" avant de préciser : "mais je l’assume parfaitement. Il se trouve que je suis extrêmement exigeante et que je travaille beaucoup, beaucoup donc le rythme est toujours très soutenu". Et alors que certains de ses collaborateurs ont rapporté au JDDqu’elle n’hésitait pas à appeler ses "dircabs" à "trois heures du matin" ou encore qu’elle leur faisait tenir "un rythme infernal" et leur envoyait des sms "à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, souvent à trois ou quatre heures du matin", la ministre a tenté de se justifier. "Ça ne réveille pas les SMS. (...) Et les mails, ça réveille encore moins! J'en envoie à 2h, à 3h, à 5h", a-t-elle fait valoir. Et celle-ci d’affirmer : "plus sérieusement, tous mes directeurs sont partis dans des conditions très correctes, et sans conflit".

Vidéo sur le même thème : Christiane Taubira "a le blues", selon la journaliste d'Europe 1, Caroline Roux :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité