Bientôt jugé pour corruption dans l'affaire des "écoutes" l'ancien chef de l'État a profité d'une remise de légion d'honneur pour tenir un discours semé d'allusions et de messages.
AFP

Nicolas Sarkozy philosophe ? Le temps d’un discours, le premier après l'annonce de son renvoi en correctionnelle, l’ancien président a choisi chacun de ses mots avec grande attention. Devant 200 personnes, il s’est laissé ainsi aller à quelques confidences et messages implicites. Alors qu'il remettait la légion d'honneur à Claude Greff e, l'ancienne secrétaire d'État à la famille, ce jeudi 20 juin à Saint-Cyr-sur-Loire, près de Tours, l'ex-chef de le l'État a multiplié les allusions à ses déboires judiciaires et ceux de la droite, rapporte RTL.

"La vie est très difficile, je ne connais pas une personne ici qui pourrait porter un témoignage inverse. La vie, ce ne sont que des épreuves et le bonheur n'est pas dans l'épreuve évitée mais dans l'épreuve surmontée", a déclaré l'ancien maire de Neuilly-sur-Seine.

Et d'ajouter : "On ne peut faire de la politique que si on aime profondément les gens avant de s'aimer soi-même. Or, parfois on a l'impression qu'ils s'aiment énormément eux-mêmes, je ne vise personne", précise-t-il.

"A la fin, vous vous retrouvez tout seul" : Nicolas Sarkozy tacle la droite

En référence à Laurent Wauquiez, l'ex-président des Républicains, accusé d'avoir rétréci le champ politique de son parti, Nicolas Sarkozy n’hésite pas à émettre une critique, note RT France :

"Souvent dans ma longue carrière politique on m'a reproché parfois, y compris mes propres amis, de trop élargir, de trop rassembler des gens différents. Mais moi je vous le dis, on n’élargit jamais assez. J'ai toujours préféré le risque de l'élongation à celui de la rétractation"

Celui qui a réaffirmé une semaine plus tôt que la vie politique n'était désormais "plus son quotidien", conclut avec ces phrases ressemblant à un avertissement.

"Quand on commence à se replier sur un petit cénacle, quand on est sectaire, il n'y a jamais de fin. Quand vous rentrez dans le phénomène de rétractation sur vous-même, vous vous trouvez dans une situation où l'autre n'est jamais assez d'accord avec vous. Et à la fin, vous vous retrouvez tout seul", a-t-il conclu.