La (très) grosse colère de Sarkozy contre deux élus RépublicainsAFP
Le président du parti de droite n’a pas apprécié du tout, mais du tout, l’attitude de deux maires des Républicains et les a traités de "petit merdeux" usant d’un langage grivois…

La traîtrise, Nicolas Sarkozy ne la supporte pas. Le maire d’Agde, Gilles d’Ettore, et son homologue de La Grande Motte, Stéphan Rossignol, en ont fait les frais le 20 janvier dernier, rapporte le Canard enchaîné.

Pour rappel, les deux maires avaient soutenu le candidat Dominique Reynié, tête de liste LR-UDI pour les élections régionales de décembre 2015, contre l’aval de leur patron. Alors quand Nicolas Sarkozy les a croisés à l’issue d’un meeting à Nîmes, il n’est pas allé par quatre chemins…

A lire aussi Dans son livre, Sarkozy égratigne la vie privée de Hollande

Publicité
Publicité

"Vous deux, il faut qu'on s'explique. Vous m'avez baisé aux régionales, petits merdeux. Moi on ne m'encule pas, hein ! Moi je ne me fais pas enculer, compris ?", aurait-il déclaré aux deux intéressés, passablement remonté.

"Vous êtes mes amis, quand même"

Plusieurs sources ont confirmé au Lab la tenue d’un échange musclé entre les protagonistes ce soir-là, dont Gilles d’Ettore : "Ce n'était pas violent envers Stéphan Rossignol ou moi-même, c'était musclé, comme il peut y avoir des discussions musclées, une discussion d'hommes. Et quand une discussion est tendue, autant on a des langages publics, autant on peut aussi avoir des langages privés… Mais à aucun moment il n'a insulté qui que ce soit. Si ça avait été le cas, je lui aurais répondu."

Et le Canard enchaîné de préciser qu’après cet échange viril, Nicolas Sarkozy est revenu vers les "petits merdeux" pour leur dire : "Ça m’a fait du bien de vous le dire, vous êtes mes amis, quand même".

Vidéo sur le même thème : Sur RTL, Nicolas Sarkozy oublie qu'il est filmé !