Un mois après son éviction du FN, Jean-Marie Le Pen ne tarie pas d'aigreur à l'égard de ses anciens camarades. De son côté, Marine Le Pen déclare ne plus vouloir parler à son père.
La guerre continue chez les Le PenAFP

Conflit ouvert chez les Le Pen : chapitre 10… Dernièrement, Jean-Marie Le Pen a assigné le Front national en justice pour contester sa suspension du parti. Il a également multiplié dans la dernière édition de son journal de bord ses attaques contre le numéro du parti, Florian Philippot, à qui il reproche son emprise sur sa fille, Marine Le Pen.

La présidente du Front national, invitée sur BFMtv, a souhaité lui répondre. "Je ne parle pas à quelqu'un qui insulte avec autant de violence et de grossièreté les membres du Front national. Je ne parle pas à quelqu'un qui préfère faire mourir le FN pour pouvoir continuer à exister. C'est la négation de tout ce qui a été son parcours politique.", a-t-elle déclaré.

"Pour moi, la page est tournée"

Pour l’eurodéputé, son père fait tout ça pour "intéresser les journalistes. Il veut exister, il est prêt à tout et n’importe quoi pour exister. Il est dans une stratégie où il a trouvé des alliés qui sont les médias français."

Puis, Marine Le Pen est revenue sur les attaques de son père à l’encontre de Florian Philippot : "Jean-Marie Le Pen est dans un tel état d'esprit que Florian Philippot dirait que Noël est le 25 décembre, Jean-Marie Le Pen viendrait dire l'inverse", a remarqué sa fille. "Il est dans une dérive où il multiplie les diffamations, les injures, les procédures, il a rappelé qu'il ne souhaitait pas ma victoire à la présidentielle... Pour moi, la page est tournée", a-t-elle conclu.

Vidéo sur le même thème : Jean-Marie Le Pen à sa fille : "Marine, parlons nous !"

 

Comparez et économisez sur votre mutuelle santé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.