L'ancien président de la République vient d'être condamné à 3 ans de prison, dont 1 ferme, en première instance. Cette décision pourrait-elle réactiver son électorat et son rapport au politique ?
La condamnation de Nicolas Sarkozy le rend-elle plus dangereux politiquement ?AFP

Le chef de l'Etat est inquiet et c'est pourquoi il a fait passer des consignes très claires. Quelques heures seulement après la jugement de Nicolas Sarkozy, condamné en première instance à trois ans de prison dont deux avec sursis pour corruption dans l'affaire dite "des écoutes", Emmanuel Macron a donc tenu à briefer son entourage, dévoile Europe 1. Et pour cause ! Il a toujours perçu l'ancien président de la République comme une menace politique, un "vieux lion" qu'il valait mieux avoir à ses côtés qu'en tant que vis-à-vis.

Il ne faut donc pas s'attaquer à Nicolas Sarkozy et moins encore l'humilier. Avec dans l'idée la possible récupération de son électorat en vue de l'élection présidentielle de 2022. L'ancien locataire de l'Elysée jouit encore d'un prestige certain au sein de sa famille politique. Tant et si bien qu'Emmanuel Macron a raison de se soucier de tels enjeux, estime Christophe Bouillaud, politologue, enseignant-chercheur en sciences politiques à l'IEP de Grenoble. 

Nicolas Sarkozy pourra-t-il permettre à Emmanuel Macron de l'emporter en 2022 ?

"Nicolas Sarkozy est sans doute la seule personne capable de convaincre Les Républicains de se rallier au président. Emmanuel Macron est en quête d'un parti structuré tandis que LR se cherche un chef. Si Nicolas Sarkozy donnait son aval à un rapprochement, il permettrait la conversion vers LREM de l'essentiel des cadres et des électeurs de LR", estime en effet l'enseignant. "Si c'était effectivement le cas, les candidates et les candidats de droite se préparant pour 2022 seraient alors invités à passer leur tour, à faire preuve de patience. Car, il faut bien le dire, les lignes idéologiques de LR et LREM sont très proches. Ce qui pose problème, fondamentalement, ce sont les affaires de boutiques et d'ambitions personnelles", poursuit-il. A Nicolas Sarkozy, donc, de jouer les marieurs.

"Il est dans les affaires depuis longtemps, la condamnation ne change pas la donne. Les 'sarkolâtres' continueront de toute façon à le soutenir, même si je n'ai jamais cru à son retour", assène pour sa part un membre du gouvernement anonyme, contacté par Le Figaro. Ce qui ne rend pas nécessairement l'ancien chef d'Etat moins dangereux…

Profitez d'un mois offert et accéder à des milliers de livres en ligne, jeux en ligne et cours en ligne !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.