Ce jeudi 9 octobre, Le Point dévoile les liens troublants entre Coca-Cola et Jean-François Copé et révèle des échanges de bons procédés. Plus de détail.
© AFPAFP

Ce jeudi 9 octobre, Le Point publie des révélations sur les relations particulières entretenues par Jean-François Copé et le géant américain Coca-Cola. Entre bouteille d’exposition et taxe sur les sodas, voici ce qu’il faut en retenir.

Musée de la Grande Guerre et boissons gazeuses

Selon l'hebdomadaire, la marque a su se montrer très généreuse avec le musée de la Grande Guerre, inauguré à Meaux en 2011 et dont Jean-François Copé est très fier. Coca-cola a en effet fait un chèque de 50.000 euros pour que l’une de ses bouteilles datant de 1917, retrouvée dans les tranchées, y soit exposée.

Un don très généreux pour une pièce qui, au final, n’a jamais été exposée. La cause de cette absence ? "Peut-être parce qu'elle a été dégotée par un collectionneur sur eBay où le 'cours' actuel en donne 20 dollars" indique Le Point.   

Lire aussi : Nicolas Sarkozy : "Copé n’a jamais été mon ami"

Mais le musée de la Grande Guerre n’est pas le seul projet de la commune de Jean-François Copé à profiter des largesses du fabriquant de soda. En outre, le festival Musik’Elles, cher encore une fois au maire de Meaux, a reçu plusieurs dons la part de Coca-Cola entre 2001 et 2014 pour un montant total de 75.000 euros. Mais derrière ces "cadeaux", la volonté d’enterrer la taxe sur les sodas par une partie de la majorité de l’époque dont le groupe parlementaire était présidé par…. Jean-François Copé.

La taxe qui aurait pu faire pshitt

En 2008, un rapport choc de la députée UMP Valérie Boyer propose l’interdiction de la publicité pour les sodas lors des émissions pour enfants et une taxe sur les boissons sucrées. Le Point décrit comment Jean-François Copé remue ciel et terre pour enterrer ce projet destiné à lutter contre la malbouffe. Il serait même allé jusqu’à menacer la jeune parlementaire de redécouper sa circonscription pour engendrer son échec aux prochaines législatives.

Le maire de Meaux use de tous les leviers possibles du lobbying pour qu’aucune mesure ne soit prise en défaveur de Coca-Cola. Après avoir tenté de bloquer le processus législatif avec de nombreux amendements et être monté au clash avec François Fillon (alors Premier ministre) et le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin, Jean-François Copé ne parvient à renverser la vapeur en faveur du géant américain.

Et puis... Bygmalion

Autre fait intéressant pointé par l’hebdomadaire. Pendant la campagne pour la présidence de l’UMP qui oppose Jean-François Copé à François Fillon en 2012, une société proche du maire de Meaux va compter un niveau client. L’entreprise qui obtient un contrat de 120.000 euros de la part de Coca-Cola en 2012 ? Une boîte de communication répondant au nom de Bygmalion… Ça en fait des coïncidences.

 Vidéo sur le même thème : Des liens étranges entre Copé, Coca-Cola et Bygmalion ?

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.