Ce samedi, Emmanuel Macron a confié à Stéphane Bern une mission pour préserver le patrimoine français. Critiqué sur ses nouvelles attributions, l’animateur s’est défendu dans les colonnes du Point.

A l’occasion des Journées du Patrimoine, Emmanuel Macron a annoncé ce samedi la nomination de Stéphane Bern à une mission de préservation des monuments français. L’animateur devra identifier les lieux en déshérence et proposer des solutions pour les restaurer, comme l’indique Le Point

Interrogé par l’hebdomadaire, ce dernier a répondu aux critiques faisant état de ses liens d'amitié avec le chef de l'Etat : "Je ne suis pas un copain nommé par le président, je n'ai pas attendu Emmanuel Macron pour m'intéresser au patrimoine, car je consacre ma vie au patrimoine depuis des décennies et les Français le savent bien." 

"Je sers mon pays"

Stéphane Bern a justifié sa nomination par son indéniable passion et son savoir-faire en matière de patrimoine. "Je sers mon pays, je ne sers pas un président en acceptant cette nomination et cette mission. Le président de la République, voyant tout ce que j'ai fait en ce domaine, s'appuie sur mon expérience. C'est tout.", a expliqué le présentateur de Secrets d'Histoire avant d’ajouter : "Je lui avais beaucoup parlé pendant la campagne électorale de l'état souvent désastreux et inquiétant de notre patrimoine."

Publicité
Enfin, l'amoureux des monarchies en a profité pour adresser un petit tacle à ses détracteurs : "Et qu'on ne vienne pas me chatouiller sur le thème 'comment vous, le journaliste, acceptez de servir le chef de l'État', car il n'y a pas des services publics, il n'y a qu'un service public. Je sers l'État à la télévision, je le sers dans cette mission nouvelle."

Par ailleurs, il a précisé qu’il ne serait pas rémunéré pour cette mission et n’aura ni bureau, ni voiture de fonction, ni secrétaire.

Vidéo sur le même thème : Emmanuel Macron appelle Stéphane Bern à la rescousse


Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité