L'hommage rendu au défunt Jacques Chirac a marqué la France entière cette semaine. C'est pourquoi Bettina Rheims, photographe de l'ancien président de la République, raconte l'histoire d'un cliché caché que la famille a souhaité garder secret...

Une photo qui devrait rester enfermée à jamais. Bettina Rheims a immortalisé un cliché émouvant de l'ancien président de la République, qui illustre un des aspects des coulisses du pouvoir. Celui-ci montre Jacques Chirac en larmes après l'annonce de sa victoire présidentielle en 1995.

La photographe parle sur France Inter de cette fameuse soirée qu'elle n'oubliera probablement pas.

"Des larmes coulent et je fais la photo"

La femme qui a suivi l'ex-chef de l'État lors des derniers jours de la campagne présidentielle jusqu'à sa victoire au second tour, se rappelle d'un homme qui "était secret et aussi pudique". Elle ajoute qu'il manquait de confiance en lui mais qu'il "aimait les gens", il les "touchait". "Il aurait séduit une chaise", explique-t-elle. Il avait ce "petit côté rebelle, un peu voyou. Il aimait bien ne pas être là où on l'attendait".

"Il est huit heures ce dimanche soir, on est dans son bureau, lui et moi. Tous les conseillers sont partis annoncer la bonne nouvelle, 'il est président de la République'. On est tous les deux dans le bureau, il y a une toute petite télévision. Il est debout, très grand, les mains derrière le dos. Il regarde l'écran. Sur l'écran s'affiche le portrait du gagnant. Et des larmes coulent, et je fais la photo", se remémore-t-elle au micro de la radio. 

Coffre-fort : une photo qui doit rester secrète

Un cliché qu'elle estime être "probablement la plus belle photo" de l'ancien maire de Paris qu'elle ait eu l'occasion de réaliser et qui ne sera pourtant jamais diffusé. En effet, Claude Chirac lui a demandé de la garder secrète, "parce que c'est un moment de vulnérabilité". Selon elle, un président "élu deux minutes avant n'a pas le droit à la vulnérabilité". 

"Cette photo, qui n'a jamais été publiée à la demande de Claude Chirac, est aujourd’hui enfermée dans un coffre-fort", relaie Gala.

Le président Jacques Chirac a ensuite élevé la photographe au grade d'officier de l'ordre national du mérite lors d'une cérémonie de remise de décorations, le 6 décembre 2002 au Palais de l'Élysée.