Sommaire

2002 : second mandat présidentiel

Le 21 avril 2002, c'est la stupeur : Lionel Jospin est battu dès le premier tour. Jacques Chirac, arrivé en tête avec 19,88 % des suffrages (le plus faible score pour un président sortant) se voit opposé à Jean-Marie Le Pen (16,86 %).

Assuré de l'emporter, il décide de refuser de débattre avec son adversaire, déclarant que "face à l'intolérance et à la haine, il n'y a pas de transaction possible, pas de compromission possible, pas de débat possible". Il laisse alors la gauche et la jeunesse manifester en appelant à voter pour lui (le slogan de ses opposants les plus farouches est "Votez escroc, pas facho") et est élu avec un score sans commune mesure : 82,21 %.

L'Union pour un mouvement populaire (UMP), créée par l'association du RPR, de Démocratie libérale et d'une grande partie de l'UDF, remporte largement les élections législatives de juin 2002, obtenant à elle seule la majorité absolue à l'Assemblée nationale (365 sièges sur 577). Jacques Chirac peut à nouveau s'appuyer sur une majorité parlementaire.

Jean-Pierre Raffarin entame dès lors la mise en œuvre de certaines des promesses de la campagne : baisse de l'impôt sur le revenu et multiplication d'actions ciblées contre la délinquance. Viendront ensuite une réforme des «"35 heures", une réforme des retraites et de la sécurité sociale, et enfin la poursuite de la réforme de l'État…

Suite aux attentats du 11 septembre 2001, le président des États-Unis George W. Bush, avec qui Jacques Chirac s'entend mal, mène une politique internationale plus offensive. La France soutient les États-Unis lors de l'intervention en Afghanistan, mais Jacques Chirac refuse d'intervenir en Irak, et forme un "front commun" avec l'Allemagne et la Russie contre l'invasion de l'Irak. Épaulé par son ministre des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, qui prononce notamment un discours remarqué

Profitant d'un large consensus national sur la question, Jacques Chirac se fait le chantre d'un "monde multipolaire".

Les relations avec les États-Unis deviennent exécrables. Elles ne commenceront à se normaliser qu'à partir de la commémoration du débarquement en Normandie, quinze mois plus tard.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.