Le maire EELV de Grenoble Eric Piolle a assuré ce jeudi que son offre de vente des caméras de surveillance de la ville au maire UMP de Nice Chrsitian Estrosi était une boutade. Une plaisanterie pourtant prise au sérieux par des maires de l'opposition, intéressés par l'offre.
© CC

"C'était une boutade". Eric Piolle a le sens de l'humour. Interrogé ce jeudi par nos confrères d'Europe 1, le maire EELV de Grenoble a évoqué la promesse qu'il avait formulée durant sa campagne pour les municipales. Le candidat écologiste avait alors déclaré vouloir revendre les caméras de surveillance de la ville au maire UMP de Nice Christian Estrosi.   

Une boutade adressée à Christian Estrosi...

Eric Piolle est revenu ce jeudi sur la question des caméras de surveillance utilisées dans la municipalité grenobloise. "On n'y croit pas à la vidéosurveillance mais on ne va pas se précipiter. On va arrêter le déploiement et on va discuter avec tout le monde pour construire une politique de tranquillité publique", s'est-il expliqué sur Europe 1. Au lendemain de son élection à la tête de la municipalité grenobloise, Eric Piolle avait brièvement évoqué, sur le plateau de France 3 Alpes, les 18 caméras de surveillance mises en place dans la cité iséroise, qui "n'ont jamais fait leurs preuves". Le nouveau maire de Grenoble en avait profité pour glisser une offre au maire UMP de Nice : "on va les revendre à Christian Estrosi, lui veut en mettre plein dans sa ville". La campagne électorale du maire UMP sortant niçois reposait majoritairement sur l'insécurité et l'installation de nouvelles caméras de surveillance dans sa ville.

... Prise très au sérieux par la droite

La plaisanterie d'Eric Piolle a pourtant séduit de nombreux maires de la droite. Plusieurs élus UMP locaux ont indiqué ce jeudi être prêts à racheter les caméras de surveillance de la ville de Grenoble. "J'ai vu qu'Éric Piolle voulait vendre ses caméras à Nice, mais il y a des villes à côté de Grenoble qui peuvent être intéressées", a déclaré à l'AFP Michel Savin, sénateur et maire de Domène (Isère). Même son de cloche pour son collègue de Voiron, Julien Polat, qui s'est dit "partisan" d'un achat des caméras grenobloises. "J'ai demandé à mes services de prendre attache avec la ville de Grenoble pour voir si c'était sérieux", a-t-il affirmé. "Nous ferons peut-être une bonne affaire", a également lancé l'édile Marie-Christine Tardy en conseil municipal de Meylan, dans l'agglomération de Grenoble. Des propos cités par Le Dauphiné Libéré.

En participant à notre grand jeu de l'été, remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !

Vidéo : Eric Piolle élu à Grenoble

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.