AFP
Alors que le président états-unien l'avait accusé de se mettre en avant lors du conflit libyen, le patron des Républicains a réagi à ces propos depuis la Côte d'Ivoire.

Dans un récent entretien accordé au magazine The Atlantic, le président états-unien Barack Obama avait écorché quelque peu l’image de son ancien homologue, Nicolas Sarkozy. Selon le locataire de la Maison-Blanche, lors du conflit libyen en 2011, l’ancien président français aurait voulu "claironner ses succès dans la campagne aérienne alors que nous avions détruit toutes les défenses anti-aériennes."

Publicité

A lire aussiIntervention en Libye : Obama accuse Sarkozy d’avoir fanfaronné à tort

Dans un entretien diffusé samedi dernier par I-télé, Nicolas Sarkozy a réagi à ces propos depuis Abidjan (Côte d’Ivoire) où il effectue une visite. "Je ne veux pas polémiquer avec M. Obama, dont chacun sait que l’action n’est pas son fort", a taclé l’ancien président.

Publicité

En Syrie, les Américains "ne sont pas intervenus"

"Les avions français sont rentrés les premiers dans le ciel libyen et au bout de huit jours, M. Obama a décidé de retirer l'armée américaine et a conceptualisé cette fameuse théorie: 'Leading from behind', le leadership de l'arrière (...) Vous savez, le leadership de l'arrière, ça n'existe pas", a ironisé Nicolas Sarkozy.

"M. Obama avait dit 'A la minute où Bachar al-Assad emploie des armes chimiques nous interviendrons'. Bachar al-Assad a employé des armes chimiques, ils ne sont pas intervenus. Quand on fixe des limites, qu'elles sont franchies et qu'on ne fait rien après, ce n'est pas bon signe", a-t-il encore taclé.

Vidéo sur le même thème : Michel Cymès dézingue le discours de Nicolas Sarkozy sur le paquet de cigarettes neutre