Mercredi dernier, le président de la République annonçait un hommage national pour le maréchal Philippe Pétain. Face à l’importante polémique, l’exécutif a rapidement annoncé qu’il n’en avait jamais été question…

Hommage à Pétain : le rétropédalage de l’Elysée

"Je ne pardonne en rien mais je ne gomme rien de notre histoire", a estimé Emmanuel Macron, le mercredi 7 novembre 2018. Il était alors question de rendre hommage à Philippe Pétain, chef du régime de Vichy et figure de la collaboration française pendant la Seconde Guerre mondiale. "Le maréchal Pétain a été aussi, pendant la Première Guerre mondiale, un grand soldat", s’est expliqué le président de la République qui a tout de même déploré les "choix funestes" conduits dans la seconde. Naturellement, une partie de l’opposition et les instances juives se sont insurgés. Il en va de même pour de nombreux Français. Face à la polémique, l’exécutif a finalement décidé de faire volte-face, rapporte le quotidien régional Les Dernières Nouvelles d’Alsace.

"Aucun hommage ne sera rendu à Pétain samedi. Il n’en a jamais été question", explique le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux. "Certains en ont déduit que Pétain en faisait partie ; ce n’est pas le cas", poursuit-il, niant les propos du chef de l’Etat.

Marlène Schiappa est également intervenue sur Twitter. "Stop aux contresens. Le président de la République ne va PAS le célébrer", écrit-elle notamment.

"Samedi, le chef d’état-major fleurira la tombe des cinq maréchaux qui sont aux invalides où il n’y a pas Pétain", précise de son côté l’Elysée, non sans rappeler que "L’Etat français ne célébrerait donc pas Pétain". Le maréchal, comme le rappelle d’ailleurs le président du Crif, est frappé d’indignité nationale depuis son procès en juillet 1945.

Hommage à Pétain : une première dans l’histoire de France ?

Certes, les propos du chef de l’Etat ont choqué de nombreux Français. Pourtant, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le maréchal Pétain a déjà été célébré par les présidents Français. François Mitterrand déposait une gerbe sur la tombe de Philippe Pétain tous les 11 novembre jusqu’en 1993. Jacques Chirac a également célébré son rôle en 1918. Pour le cinquantenaire de la fin de la "Der des der", le général de Gaulle lui-même avait fleuri sa tombe, rappelle France Info.

Publicité
"Il était délicat de l’oublier lors d’une cérémonie liée à la Première Guerre mondiale", estime de son côté l’historienne Bénédicte Vergez-Chaignon qui répond à la radio publique. "Je ne pense pas que cela ouvre la voie à une réhabilitation", poursuit-elle.

Vidéo : A la Une des GG : L'hommage de Macron à Pétain est-il choquant ? - 08/11


Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité