Jean-Christophe Cambadélis publie un essai dans lequel il critique ouvertement le quinquennat de François Hollande. Manuel Valls et Arnaud Montebourg en prennent également pour leur grade. 

Dans son livre au titre évocateur, Chronique d’une débâcle, Jean-Christophe Cambadélis sort les armes. Le premier secrétaire du Parti socialiste dévoile plusieurs anecdotes sur le quinquennat de François Hollande qui ne devrait pas ravir l’intéressé. Il raconte notamment la "naïveté" dont a fait preuve l’ex-président de la République au sujet de l'éventuelle candidature d’Emmanuel Macron à la présidentielle.

Au moment où ce dernier, alors encore ministre de l’Economie, a officialisé sa participation à l’élection, François Hollande a grincé des dents. "Le président rit jaune. Il s'énerve même, fait rarissime.", écrit Jean-Christophe Cambadélis, cité par BFM. Celui-ci explique qu’il a, à maintes reprises, mis en garde l’ex-chef de l’Etat sur les ambitions de l’actuel locataire de l’Elysée. "Mais non, je réponds de lui", a répondu celui qui au soir du 1 er décembre dernier a renoncé a se représenter.

Publicité
Publicité

"J’ai de l’amitié pour Manuel Valls, mais son attitude équivaut pour le coup à un hara-kiri"

Jean-Christophe Cambadélis se montre également critique vis-à-vis de Manuel Valls. Il dénonce son ralliement à Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle, alors qu’il avait assuré soutenir le vainqueur de la primaire de la gauche : "J’ai de l’amitié pour Manuel Valls, mais son attitude équivaut pour le coup à un hara-kiri. Qu’il soit en désaccord avec l’orientation de Benoît Hamon, que cette gauche lui semble incapable d’être à la hauteur du temps présent, on l’avait compris. Mais, il suffisait d’attendre".

De son côté, Arnaud Montebourg n’est pas non plus épargné. Le style de celui qui prônait le "made in France" n’a visiblement pas séduit Jean-Christophe Cambadélis. "Arnaud Montebourg est un homme de cause. Son style, c’est la plaidoirie. Il ne pense pas, il plaide. Il ne discute pas, il plaide. Il ne débat pas, il plaide... sans cesse", estime-t-il, cité par Challenges. Voilà de quoi prédire une refondation du Parti socialiste haut en couleur. 

Vidéo sur le même thème : Macron, Hollande, Valls... l'attaque au vitriol du patron du PS