En constituant un groupe eurosceptique au Parlement européen, la présidente de Front national va pouvoir profiter d’un certain nombre de bénéfices.

Après des mois d’atermoiements, Marine le Pen, présidente du FN, peut enfin souffler : elle a annoncé lundi la constitution d’un groupe parlementaire formé de souverainistes au Parlement européen, à Bruxelles.

Le groupe, qui s’appellera "Europe des Nations et des Libertés", sera constitué en grande partie des eurodéputés frontistes (et RBM), mais aussi de membres du FPÖ autrichien, des élus polonais du KNP, une élue belge du Vlaams Belang, une ancienne élue britannique de l’UKIP, des élus italiens de la Ligue du Nord, et des élus néerlandais du PVV.

A lire aussi Marine Le Pen : brouillée avec son père, elle fait franchir un nouveau cap au FN

Une satisfaction sur le plan politique pour Marine Le Pen donc, après la récente crise interne au FN au sujet de Jean-Marie Le Pen, mais aussi sur le plan financier. En effet, la constitution d’un groupe parlementaire donne droit à de nombreux avantages et responsabilités supplémentaires à Bruxelles.

Entre 20 et 30 millions d’euros de subventions

D’une part, le groupe pourra recevoir entre 20 et 30 millions d’euros de subventions au cours des cinq années suivantes, d’autre part, comme le précise l’Obs, il pourra se doter entre autres de président pour l’une des 22 commissions, de rapporteur de textes ou encore de coordinateur pour suivre les travaux de la commission.

Publicité
Par ailleurs, avec la constitution de ce groupe, Marine Le Pen et ses collègues eurodéputés pourront désormais déposer des amendements en séance plénière et avoir deux minutes (contre 1 minute auparavant) de temps de parole lors de l’explication de vote d’un texte législatif.

Vidéo sur le même thème : Marine le Pen va avoir son groupe au Parlement européen

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité