Grève : des désaccords pour jouer la montre ?

Alors qu’il a décidé de s’attaquer à un sujet sensible, le couple exécutif n’a pas semblé faire front commun ces derniers jours, voire semaines. Emmanuel Macron a fait de la réforme des retraites une des grandes étapes de son quinquennat, souhaitant son ultime modification, alors qu’Edouard Philippe a insisté sur le fait "d’assurer l’équilibre financier". Voulant attendre pour abattre ses cartes, le gouvernement a peut-être trop joué la montre et a pu montrer de la confusion sur certains dispositifs de la réforme.

Parmi ces dispositifs, la clause du grand-père, un temps envisagée par l'exécutif et qui a été définitivement enterrée par Edouard Philippe à la fin du mois de novembre. Mais aussi l’âge pivot, qui est un point extrêmement sensible pour les syndicats, qui estiment que sa mise en œuvre conduirait les salariés à travailler plus longtemps. Cette question n’a d’ailleurs pas été résolue par le gouvernement, qui attend les concertations avec les représentants syndicaux pour se prononcer. "Il faut dire aux Français clairement, tranquillement, le faire progressivement, que nous allons travailler plus longtemps", a tout de même affirmé Edouard Philippe devant les élus de la majorité.

Entretenir le flou permet à l’exécutif de voir où se situent les mécontentements des Français alors que la réforme pourrait faire de nombreux perdants. Une fois que le pouls sera pris, il pourra décider sur quels points lâcher du lest… Ou pas. L'attente est une stratégie déjà testée (et approuvée) par Emmanuel Macron.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.