Après avoir échoué à obtenir une majorité absolue, Emmanuel Macron doit composer avec la nouvelle Assemblée nationale. Alliances, ministres... À quoi peut-on s'attendre ?
Gouvernement d'union nationale, nouveaux ministres... Les pistes d'Emmanuel Macron après les législativesabacapress
Sommaire

C'est la question à un million.  Comment Emmanuel Macron va-t-il parvenir à gouverner sans majorité absolue à l'Assemblée nationale ? Cité par Europe 1, Fabien Roussel, député du Parti communiste français (PCF), a affirmé que le président de la République envisageait la création d'un "gouvernement d'union nationale , s'il y avait les partis pour y participer".

Son objectif ? "Trouver les voies pour sortir de la situation politique" actuelle. Il aurait demandé à l'ex candidat si cette solution pourrait "sortir le pays de la crise" dans laquelle il se trouve. 

Même son de cloche pour Marine Le Pen, qui a également déclaré que le chef de l'État l'avait consultée au même sujet. Elle aurait "assuré mercredi à l'AFP que le président de la République Emmanuel Macron avait évoqué lors de leur entretien de mardi l'hypothèse de constituer un gouvernement d'union nationale", précise Challenges.

"La veille, elle n'avait pas abordé la question à la sortie de son entretien à l'Elysée avec M. Macron qui reçoit les dirigeants des principaux partis", poursuit le magazine hebdomadaire économique. 

Un gouvernement d'union nationale, un "mariage forcé" ?

De leur côté, Olivier Faure et Christian Jacob ont indiqué que le président de la République n'avait pas abordé ce sujet avec eux lors de l'entretien.

Ce mercredi 22 juin, le secrétaire général des Républicains, Aurélien Pradié, estime qu'un gouvernement d'union nationale ne résoudrait pas le problème, qualifiant cette idée d'un "mariage forcé" qui conduirait à l'effacement des convictions politiques. 

Après la perte de la majorité absolue à l'Assemblée, l'exécutif envisage d'élargir cette majorité sous forme d'alliances avec d'autres partis...

Parti présidentiel : quelles alliances à l'Assemblée nationale ?

Si la majorité présidentielle envisage d'élargir son camp, il y a toutefois quelques conditions. Auprès de France Info, Olivier Véran, ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et de la Vie démocratique, a indiqué que le camp Macron "ne se mettra pas en situation de dépendre des voix du Rassemblement national, ni de la France Insoumise". 

De son côté, le ministre délégué chargé de l'Europe Clément Beaune a rappelé qu'il "ne peut pas y avoir une alliance même de circonstance, avec le Rassemblement national".

Reste une question : les ministres battues aux législatives vont devoir quitter le gouvernement prochainement. Qui pour les remplacer ?

Gouvernement : qui pour remplacer les ministres battues aux législatives ?

C'était la condition sine qua none :  les ministres battus aux élections législatives doivent démissionner du gouvernement. Ainsi, trois ministres du gouvernement Borne doivent céder leur place, à savoir : Amélie de Montchalin, la ministre de la Transition écologique, Brigitte Bourguignon, la ministre de la Santé ainsi que Justine Benin, secrétaire d'État chargée de la Mer. Mais qui peut les remplacer ? 

  • Ministère de la Transition écologique.  D'après Le Midi Libre le nouveau ministre chargé de l'environnement pourrait être issu de la gauche.
  • Ministère de la Santé.  Selon le quotidien régional, Brigitte Bourguignon pourrait être remplacée par Philippe Juvin, député LR, François Braun, médecin urgentiste ou encore Anne-Marie Armanteras de Saxcé, chargée du lien entre le président et le Conseil scientifique. 

Par ailleurs, plusieurs portefeuilles doivent encore être attribués, comme les Transports, la Citoyenneté, le Numérique, le Logement ou encore le Tourisme. 

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.