Sommaire

Les couleuvres avalées par Nicolas Hulot : le glyphosate

C’est probablement le plus gros désaveu politique du quinquennat pour Nicolas Hulot. En novembre 2017, l’Union Européenne décide de prolonger pour cinq ans encore la licence du glyphosate. Il s’agit d’un herbicide produit par Monsanto qui pourrait être responsable de cancer.

La France assure, par la voix de son président, vouloir sortir du glyphosate sous trois ans : c’est d’ailleurs la position que défend Nicolas Hulot, en opposition à Stéphane Travert, le ministre de l’Agriculture. Ce dernier souhaite voir le glyphosate perdurer en France pour au moins 5 ans, si ce n’est 7, rappelle Paris Match.

Par la suite, Nicolas Hulot a soutenu publiquement l’amendement de la loi sur l’équilibre dans le secteur agricole et alimentaire, porté par Matthieu Orphelin, un député LREM. Celui-ci souhaitait faire interdire le glyphosate à partir du 1er mai 2021. En revanche, malgré l’arbitrage d’Emmanuel Macron en sa faveur face à Stéphane Travert, le gouvernement s’est prononcé contre l’amendement qui n’a donc pas été voté. Pour toute réponse, Nicolas Hulot s’est dit "déçu", avant de s’en prendre aux groupes de pression "qui ont pignon sur rue" et qui tiendrait "parfois même la plume des amendements" dans une interview accordée au Parisien.

Comparez et économisez sur votre mutuelle santé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.