Gérard Collomb a toujours le goût des joutes politiques. L'ancien ministre de l'Intérieur s'apprête à livrer une lourde bataille sur ses terres lyonnaises.
AFP

Gérard Collomb : quel est ce mandat politique pour lequel il se présente l’année prochaine ?

Tu quoque mi fili ? Dans la capitale des Gaules, c’est une bataille toute romaine qui s’annonce. Ce dimanche, dans le quotidien local Le Progrès, Gérard Collomb a annoncé qu’il se portait candidat à la présidence de la métropole de Lyon, dont les élections doivent se dérouler en 2002.

Pour la première fois d’ailleurs, les lyonnais voteront en même temps pour les municipales et la métropole, laquelle représente 1,4 million d’habitants et 3,3 millions de budget.

Publicité

Avec cette déclaration, l’ancien ministre de l’Intérieur a levé tous les doutes subsistant quant à ses ambitions lyonnaises. Un fin connaisseur de la vie politique locale confiait d’ailleurs déjà en juin dernier à Planet:

Publicité

"Ce serait compliqué pour Gérard Collomb de se présenter à nouveau à la ville, et Caroline Collomb ne peut pas se présenter à la métropole. En revanche l’inverse…".

A l’époque, celui qui a soutenu Emmanuel Macron dès le début de la campagne avait laissé un gros indice concernant son futur… L’ex-ministre venait de lancer une grande association, "Prendre un temps d’avance", un véritable projet politique pour la métropole.

Sauf que ce n’est pas avec les velléités politiques de son épouse, comme il l'est souvent reproché à cette dernière, que va devoir composer Gérard Collomb mais avec celles de son prédécesseur, David Kimelfeld. Ce dernier a pris la succession à la tête de la métropole lorsque Collomb a été appelé place Beauvau.