Maire de Lyon depuis son départ du gouvernement, l'ancien ministre de l'Intérieur doit faire face à une annonce inattendue... Son ancien dauphin vient de lui tourner le dos.
AFP

Ce proche allié de Gérard Collomb annonce sa candidature à la présidence de la Métropole de Lyon

C’est un coup dur pour Gérard Collomb. Un de ses anciens alliés, son "dauphin", a annoncé ce mardi 22 janvier sa candidature à la Métropole de Lyon pour les élections de 2020. Il s’agit de David Kimelfeld. Cet ancien bras droit de Gérard Collomb lui avait succédé après sa nomination en tant que ministre de l’Intérieur en mai 2017.

Président de la Métropole de Lyon depuis juillet 2017, David Kimelfeld a fait savoir dans les colonnes du Figaro qu’il comptait garder sa place et par conséquent, se porter candidat pour la prochaine élection. "Je vais rester président de cette métropole jusqu'à la fin et je vais surtout porter un projet au-delà de 2020. J'en ai envie, j'ai pris en main cette métropole et je ne le ferai non pas seul mais collectivement", explique-t-il.

Elu pendant 16 ans maire de Lyon, Gérard Collomb pourrait ne pas apprécier cette annonce d’autant plus que celui-ci ne s’est pas encore prononcé sur ses intentions en vue de l’élection à la métropole. Un enjeu d'autant plus important que le président de la métropole dispose de nettement plus de moyens que le maire.  9 000 agents travaillent pout lui et son budget devrait s'établir à 3,810 milliards d'euros en 2019, indique Le Figaro.

Cette tension entre Gérard Collomb et son ancien dauphin a débuté en octobre 2018. "Tout en étant loyal, je répète que je ne suis pas un intermittent ou un intérimaire, je ne suis pas un président de métropole passif qui attend que quelqu'un revienne, ou pas", a déclaré avid Kimelfeld. "On continue à s'aimer", soutient-il toutefois en public. "Je soutiendrais Gérard Collomb s'il souhaite être candidat à la mairie de Lyon, mais la question ne se pose pas à 15 mois des élections", a ensuite affirmé le président de la métropole, rappelle 20 minutes. Des déclarations qui pourraient ne pas suffir à apaiser les crispations de plus en plus visibles ces dernières semaines.

Gérard Collomb trahi : une annonce qui suscite des réactions politiques

La candidature annoncée par David Kimelfeld a vivement fait réagir, aussi bien les partisans de La République En Marche (LREM), que les opposants du parti. En effet, Richard Brumm, adjoint aux maire de Lyon délégué aux finances et proche de Gérard Collomb se dit "surpris" par cette déclaration."C'est un peu désinvolte. Chacun a le droit de se présenter, mais je veux croire que tout le monde sera sérieux. Je suis contre une guerre atomique", poursuit-il.

"L'épopée Collomb touche à sa fin", estime pour sa part Bertrand Artigny, leader des écologistes à la métropole. Il s'oppose politiquement à Gérard Collomb depuis des années.

A droite, on s’amuse de la situation. Stéphane Guilland, le leader des Républicains au conseil municipal de Lyon, confie qu’à "une époque, Gérard Collomb pensait à David Kimelfeld pour lui succéder à la mairie. Il n'imaginait pas qu'il lui disputerait son jouet métropolitain" rappelle Le Figaro.

Vidéo : Gérard Collomb trahi par un proche

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.