L'ancien président de la République part-il en campagne ? Il a, en tout cas, présenté plusieurs pistes de réformes qui lui semblent importantes. Découvrez le nouveau programme "made in" François Hollande.
AFP

"Donner du rythme à la démocratie" : c’est le nouvel objectif de François Hollande, qui vient de signer une tribune dans les colonnes du Monde. L’ancien locataire de l’Elysée plaide pour "un véritable régime présidentiel, avec un Parlement plus fort". Il envisage d’importants changements institutionnels : suppression du poste de Premier ministre, mandat de six ans pour le chef de l’Etat…

"Qui peut nier le malaise qui s’est installé dans la démocratie ?", argue l’ex-président de la République, qui pointe du doigt "les extrémistes qui font vaciller les régimes parlementaires qui paraissaient les plus robustes" mais aussi l’exaspération des citoyens "face à l’impuissance des gouvernants devant les défis les plus urgents".

Les solutions de François Hollande sont nombreuses. Assez pour couvrir d’encre les 120 pages de de son nouvel ouvrage, Répondre à la crise démocratique, publié aux éditions Fayard. Il y décrit, souligne Le Figaro, une "République nouvelle", forte d’un régime présidentiel capable de préserver "stabilité" et "équilibre" qui, grâce à la séparation des pouvoirs, permettent "la clarté dans les responsabilités et l’efficacité dans l’action publique".

Concrètement, le président devient le chef du gouvernement, lequel n’est plus responsable devant l’Assemblée nationale. Cela signifie que les parlementaires ne peuvent plus pousser l’équipe exécutive à la démission. Autre changement : le locataire de l’Elysée ne pourrait plus invoquer l’article 49-3 qui, sous la mandature Hollande, a permis au Premier ministre de passer en force sur plusieurs textes de lois. Il perd également son droit de dissolution du Parlement.

L’Assemblée "verrait son rôle accru, notamment sur le plan législatif et budgétaire". L’idée est simple : créer une créature du compromis qui, aux yeux de l’ancien secrétaire générale du Parti Socialiste, manque cruellement aux Françaises et aux Français. Contrairement à la situation actuelle, les députés ne seraient élus que pour 4 ans, afin de déconnectés tant que faire se peut l’élection présidentielle des législatives. "L’Elysée s’accorde ou se confronte avec le Parlement, mais celui-ci doit conserver une majorité claire", résume Libération.

Pourquoi François Hollande a-t-il si longtemps attendu avant de formuler de telles propositions ?

Au coeur des inquiétudes de François Hollande ? "La crise du système partisan", indique Le Figaro. Selon l’homme d’Etat, sa solution est la seule qui pourrait empêcher les partis populistes d’accéder un jour à l’Elysée. 

Mais pourquoi ne pas en avoir parlé plus tôt ? "Les esprits n’étaient pas mûrs, même si un travail avait été fait avec la mission Bartolone", explique l’ancien président de la République. A l’époque, Claude Bartolone avait en effet rendu quelques propositions allant dans le sens exploré dans l’ouvrage.

"Ce n’est pas quand on est président qu’on peut présenter une réforme d’une telle importance comme la sienne. C’est justement parce que je l’ai été, que j’ai compris les limites et les ambiguïtés de notre Constitution que je peux formuler aujourd’hui des propositions", a poursuivi l’ancien patron du PS.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.