Face à une contestation âpre et une opposition qui fait blocage, l'exécutif envisage de faire passer la réforme des retraites en force, à l'aide de l'article 49-3. Un choix politique critiquable… Et potentiellement dangereux.
François Hollande, Manuel Valls et bientôt Emmanuel Macron... Qui le 49-3 aura-t-il tué ?AFP

"Si on veut passer à autre chose, il faut un 49-3. L’inéluctabilité de son utilisation s’impose. La question, c’est quand, et sur quel texte ?", affirme sans hésiter Roland Lescure, député La République en Marche (LREM), dans les colonnes du Figaro. Pour cet élu de la majorité, impossible de faire autrement et, à en croire le quotidien, il n’est pas le seul. De nombreux autres attendraient, "impuissants" , le moment où le gouvernement se décidera finalement à dégainer l’article qui a coûté si cher à François Hollande et Manuel Valls. C’est bien pour cela, entre autres, qu’ils ne veulent pas en arriver là.

"Il n’y a aucun désir, dans nos rangs, d’un 49-3. Notre schéma idéal, c’est que le débat ait lieu. Il ne faut pas désespérer, la balle est dans le camp de l’opposition", explique pour sa part Gilles Le Gendre, patron du groupe LREM à l’Assemblée nationale. Pour lui, "si 49-3 il doit y avoir, ce ne doit pas être un 49-3 couperet bête et méchant". "Il doit tenir compte de toutes les dynamiques politiques internes, de ce que le groupe porte comme enrichissement", fait-il valoir.

Certains renvoient même dos-à-dos le gouvernement et l’opposition. La seconde parce qu’elle joue le blocage… Et le premier parce qu’il "a imposé un calendrier contraint". "C’est perdant-perdant", affirme d’ailleurs Eric poulliat, député de la Gironde. D’autres, membres de l'aile gauche de la majorité alertent sur les risques électoraux qu’un tel recours implique. "L’opinion publique n’est pas prête à voir un 49-3 sur les retraites. Les gouvernements qui y ont eu recours en ont toujours payé les conséquences, parce que c’est un acte d’autorité", affirme l’un d’entre eux.

Un avis visiblement partagé plus à gauche encore. "Si Emmanuel Macron utilise le 49-3, c’est terminé pour lui en 2022", estime en effet Ugo Bernalicis, député La France Insoumise, sur les ondes de France Info. "Le coup politique de cette violence institutionnelle, je pense qu’Emmanuel Macron le paiera", assure-t-il.

49-3 : Emmanuel Macron prendrait-il un risque inconsidéré ?

"Ne dramatisons pas la question", commence d’entrée de jeu Raul Magni-Berton, enseignant-chercheur en sciences politiques à l’Institut d’études politiques (IEP, Sciences-po) de Grenoble, affilié au Laboratoire Pacte. "Après tout, il importe de rappeler que ce n’est pas la première fois que l’article 49-3 est utilisé et que François Hollande et Manuel Valls ne sont pas les seuls précédents dans l’histoire de la Vème République", poursuit le spécialiste, qui évoque aussi Pierre Bérégovoy, Edith Cresson, Alain Juppé ou Edouard Balladur. Public Sénat mentionne aussi Dominique de Villepin, Jean-Pierre Raffarin ainsi que Michel Rocard.

"L’impopularité précède l’usage du 49-3 bien plus qu’elle ne la suit. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’une telle décision est sans conséquence. On sait, par exemple, que les Premiers ministres les plus populaires sont ceux qui n’y ont jamais eu recours…", explique le politologue.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.