Les ambitions personnelles de François Hollande et Ségolène Royal se révèlent petit à petit. De quoi opposer les ex-conjoints encore un peu plus.

François Hollande et Ségolène Royal : des ambitions concurrentes

Sortie d’un livre, critiques de la politique d’Emmanuel Macron… Ces derniers temps, les points communs se multiplient entre Ségolène Royal et François Hollande. Cependant, il y en a un qui pourrait faire naître un peu d’animosité entre les ex-conjoints : leur ambition affichée de faire un retour en politique, voire de se présenter à la présidentielle en 2022.

Profitant de l’attention médiatique générée par la promotion de leur ouvrage respectif, ces deux éléphants du PS déclarent leur intention certes à demi-mot, mais les messages sont pourtant clairs, rapporte Le Figaro. Tout commence samedi 10 novembre à la Foire du livre de Brive où François Hollande était présent pour dédicacer son ouvrage Les Leçons du pouvoir (éd. Stock).

A cette occasion, une lectrice a interrogé l’ancien chef de l’Etat : "Vous êtes retiré de la vie politique intégralement ?". Ce à quoi il lui répond clairement : "Non, je vais revenir". Une phrase prononcée par François Hollande devant la caméra de l’émission Quotidien dont il avait remarqué la présence. Celui qui avait renoncé à se présenter à sa réélection en 2017 pose ainsi une première pierre à son retour en politique sans en dire d’avantage.

De son côté, Ségolène Royal a également profité de la promotion de son livre Ce que je peux enfin vous dire (éd. Fayard), pour en dévoiler un peu plus sur ses ambitions politiques. Invitée sur France 2 le dimanche 11 novembre, l’ambassadrice pour les pôles arctique et antarctique a expliqué que son combat pour la protection de la planète passera "peut-être" par la présidence de la République.

A lire aussi : Appartement de luxe, ISF, terrain exotique… L’incroyable fortune de Ségolène Royal

François Hollande et Ségolène Royal : "Ils se marquent à la culotte"

Publicité
Dans un sondage réalisé par Elabe et Ifop-Fiducial, la candidate sortante à l’élection présidentielle de 2007 est placée en tête des personnalités préférées des sympathisants de gauche avec 54% d’opinion positive contre 46% pour François Hollande. Une dynamique sur laquelle Ségolène Royal pourrait envisager de s’appuyer.

Cependant, "il sera très difficile à Ségolène Royal de s’imposer pour 2022. Elle n’a pas le contrôle, ni l’acceptation, de l’appareil du Parti socialiste. Et au vue des derniers éléments, François Hollande ne lui fera pas de cadeau", explique Philippe Moreau-Chevrolet, spécialiste de la communication politique interrogé par Planet.

En 2022, il pourrait donc y avoir comme un air de déjà vu. Lors de la primaire du parti socialiste en 2007, les deux candidats s’étaient affrontés afin de savoir qui briguerait l’Elysée. Cette fois, cela pourrait se faire seul sans l’appui d’un parti en ruine.

"Ils se marquent à la culotte et ont la même stratégie : s'imposer à gauche par l'opinion", note un pilier du PS pour le journal Le Figaro. "Ils ont le même culot, celui du déni de leur bilan lors du quinquennat précédent. Et la même détermination: aucun des deux ne doute de soi-même", ajoute-t-il.

L’avenir dira si des "Hollande 2022" ou des "Royal 2022" vont fleurir sur des affiches de campagnes d’ici la fin du quinquennat d’Emmanuel Macron. Une chose est sûre la bataille a commencé.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité