Recruté par le président François Hollande en janvier 2013 en tant que conseiller en communication de l'Elysée, Claude Sérillon serait sur le point de démissionner. L'ancien présentateur du 20 heures de France 2 ne serait pas parvenu à trouver sa place au Palais.
©AFPAFP

© AFP

Claude Sérillon voudrait partir. Plus d’un an après avoir été recruté par François Hollande, l’ex-présentation du JT de la Deux envisagerait sérieusement de quitter son poste. Selon les informations de l’Express, son départ pourrait même avoir lieu très prochainement, juste après les élections européennes de mai. La raison : le journaliste ne serait jamais réellement parvenu à trouver sa place dans l’entourage du chef de l’Etat. Plus récemment, il n’aurait pas non plus apprécié "sa rétrogradation, jugée humiliante, au sein du cabinet élyséen", rapporte l’hebdomadaire. En effet, initialement embauché pour s’occuper de coordonner les messages de Matignon et encadrer la parole présidentielle, Claude Sérillon aurait refusé de s’occuper de la stratégie web de l’Elysée. Et cette mission aurait finalement été confiée à Aquilino Morelle, le conseiller politique de François Hollande.

Sa place n’a jamais été clairement définie"Ni énarque ni politique, il est arrivé à l'Elysée en milieu hostile", a par ailleurs noté un ami du journaliste dans les colonnes du Parisienà propos de ses difficultés à s’épanouir dans son poste. Le quotidien a quant à lui relevé que sa place n’a jamais été clairement définie. "Stratège ? Super-dircom ? Coach ? Régisseur ? Tout à la fois ?", s’est-il interrogé. Outre ses difficultés à prendre possession de son poste, Claude Sérillon aurait également souffert de ses relations tendues avec l’ex-compagne de François Hollande. Selon les informations du Point, Valérie Trierweiler lui aurait livré une guerre sans merci après que celui-ci se soit "mêlé de (s)a vie intime". Dans le viseur de l’ancienne Première dame, Claude Sérillon aurait ainsi vu la plupart de ses décisions contrecarrées par la journaliste de Paris Match et par Stéphane Ruet, "un ancien paparazzi qu’elle aurait fait nommer à l’Elysée", rapporte Challenges.

Bientôt à la tête de l’INA ?Quant à son avenir, Claude Sérillon se verrait bien à la tête de l’Institut national de l’audiovisuel (INA). Après le départ de Mathieu Gallet pour prendre les commandes de Radio France, l’ancien journaliste serait sur les rangs pour lui succéder, croit savoir le Figaro.

Vidéo sur le même thème : Valérie Trierweiler et ses difficultés à s'épanouir à l'Elysée

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.