La première biographie de Julie Gayet révèle que, malgré l’état d’urgence, le président François Hollande aurait continué à aller dormir chez Julie Gayet, dans le 11e arrondissement de Paris. Ce n’est pas la première fois que la sécurité du chef de l’Etat est remise en cause. Souvenez-vous...

Depuis qu’il a été élu, François Hollande a réduit le coût de sa sécurité. Sous Nicolas Sarkozy, la dépense totale liée à la protection du président de la République était de 10,2 millions, tandis qu’aujourd’hui elle est d’environ 8 millions d’euros, rapporte BFM Business. Mais si la sécurité du socialiste coûte moins cher que celle de son prédécesseur,  elle semble en revanche plus difficile à assurer. François Hollande a en effet tendance à s’affranchir des consignes, quitte parfois à mettre sa vie en péril.

Le président ne dort pas tout le temps à l’Elysée…Le dernier exemple en date nous est raconté par Soizic Quéméner et François Aubel dans Julie Gayet, l’intermittente de l’Elysée. Cette première biographie consacrée à l’actrice sortira la semaine prochaine mais Galaet Le Parisien /Aujourd’hui en France en ont publié cette semaine quelques extraits. "Rien n’a changé" entre eux depuis 2014, peut-on ainsi y lire. Le prétendu couple aurait pris l’habitude de se retrouver à l’Elysée, "surtout le weekend, quand le palais se vide" ou bien chez la comédienne. Cette dernière vit pourtant dans un loft du 11e arrondissement de Paris, où se sont déroulés les attentats de janvier et de novembre. "Alors que son cabinet répète qu'il ne réside plus qu'à l'Elysée depuis les attentats de janvier 2015, sécurité oblige", François Hollande n’en ferait ainsi qu’à sa tête. Celle qui le surnomme son "fiancé" également : "elle a refusé toute protection rapprochée, ‘sauf impérieuse nécessité’", écrivent les deux auteurs qui précisent qu’elle "met un point d’honneur à ne pas coûter 1€ au contribuable".

Publicité
Les trajets secrets à scooter Avant les révélations de Soizic Quéméner et François Aubel, la sécurité de François Hollande avait déjà été remise en cause. En 2014, le fameux numéro de Closer avait révélé la liaison entre le président et la comédienne mais aussi soulevé la question de sa sécurité. En effet, le magazine expliquait, photos à l’appui, que pour retrouver sa belle, le chef de l’Etat se rendait à scooter à son appartement parisien et ce, uniquement escorté d’un garde du corps. Une protection limitée qui avait suscité des critiques.

Il a failli croiser un des terroristes du 13 novembreLa sécurité de François Hollande a également été compromise il y a deux mois. Le soir des attentats qui ont endeuillé la France, le chef de l’Etat a insisté pour se rendre au Bataclan. Seulement, les lieux n’étaient pas prêts à l’accueillir. Si bien que sa voiture n’a pas pu se garer juste devant la salle de concert et que le président de la République et son cortège ont été contraints de marcher dans les rues de Paris pendant près de 15 minutes, indiquait Le Parisien. Un trajet d’autant plus risqué que tous les terroristes qui avaient frappé ce soir-là n’avaient pas été arrêtés ou tués. D’ailleurs, le quotidien a révélé quelques jours plus tard ce que ce fameux soir, le chef de l’Etat a failli croiser un des djihadistes. Tous les deux se sont en effet retrouver au même endroit à seulement une heure d’intervalle.

En vidéo - Attentats: la sécurité de François Hollande remise en cause

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité