En pleine tourmente, le candidat de la droite a demandé aux parlementaires LR de "tenir encore 15 jours". Mais des voix s'élèvent pour qu'il se retire au plus vite.

Acculé depuis le début de l'affaire Penelope, François Fillon a fait savoir mercredi qu'il demandait encore à ses soutiens de "tenir 15 jours", le temps selon lui d'apporter les preuves nécessaires à l'affaire. "Je vous demande une immense solidarité, a-t-il encore déclaré aux parlementaires LR à l'Assemblée. Je vous demande d'attendre le résultat de l'enquête préliminaire et d'en tirer alors toutes les conclusions. Ceux dont j'ai le plus besoin, ceux dont je dépends totalement, c'est vous. J'ai besoin de vous".

Une tribune en rédaction pour appeler Alain Juppé

Mais depuis mercredi, les révélations s'enchaînent dans la presse et mettent à mal la défense du couple Fillon. Aussi, des voix s'élèvent-elles pour que François Fillon renonce à se présenter à la présidentielle et laisse le temps à son camp de se remettre en marche à moins de trois mois du scrutin. Le premier à sortir du bois a été le député (LR) Georges Fenech qui a jugé "caduc" le résultat des primaires. Depuis, d'autres ont suivi, à l'image du député (LR) Philippe Gosselin qui a indiqué jeudi sur RMC qu'une tribune était en cours de rédaction pour réclamer qu'Alain Juppé remplace François Fillon.

Le début des parrainages commence le 23 février

Interrogé par La Provence, Guy Teissier, soutien fidèle de François Fillon, tente de relativiser. "Cette histoire est une broutille face à une conspiration constitutionnelle qui vise à le disqualifier. Plus de 4 millions de personnes ont voté à la primaire, il a une légitimité et un destin", a-t-il fait savoir au journal. Quant à un possible renoncement, ce proche du candidat à la présidentielle ne veut pas y croire : "Soit on lui dit que c'est foutu et qu'il doit laisser la place à un autre. Mais qui ? (...) Il était le seul candidat avec un programme ! Soit on le conforte (...) en lui disant : "Tiens bon, il y 15 jours de mauvais temps à tenir."

Publicité
Toutefois, François Fillon devra tenir compte d'un impératif de taille : l'ouverture du dépôt des parrainages des maires pour les candidats à la présidentielle qui aura lieu le 23 février, et qui s'achèvera le 17 mars. 

Vidéo sur le même thème VIDEO Penelope Fillon répond à la question que tout le monde se pose


Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité